Sceptique

16 mars 2020

JUSSQU'OÙ IRONT LES MÉFAITS DU CORONA-VIRUS?

Notre couple de retraités emploie pour l'entretien de sa demeure, une femme de ménage fournie par une association d'insertion. Celle-ci vient de se voir intimer, par l'administration, l'arrêt de travail de tous les salariés qu'elle gérait. Voilà une mère de famille privée de son salaire, pour cause de corona-virus, supposé présent et actif dans notre poussière!. Il n'avait, pourtant, jamais fait parler de lui.

Notre employée de maison percevra, je l'espère, une indemnité minimum de l'ÉTAT PROVIDENCE,qui veille sur nos santés. Mais nous, nous allons vivre dans notre poussière et notre crasse, car nous ne pourrons rajeunir .

Hormis de nouveaux cas, que peut-on attendre de fermetures nombreuses et diverses d'entreprises et de services? Que le virus meure en même temps que son malheureux porteur?

Nous ne sommes plus des enfants, direz-vous, et salissons moins notre demeure. C'est sûr! Mais de quoi vivra notre employée?

À BAS LE CORONA-VIRUS! VENU D'OÙ ON NE SAIT ?

Sceptique

Posté par Sceptique à 16:13 - - Commentaires [116] - Permalien [#]

25 février 2020

QUELQUES MOTS DE PLUS SUR LA QUESTION DES RELIGIONS.

Le sujet revient périodiquement dans les médias. Mais deux thèmes alternent, l'aspect moral de la société, que se disputeraient le christianisme et l'Islam. Ce dernier associerait une rigueur offensive et une intolérance aux autres cultes, sous la forme de violences spécifiques, témoignant de l'impossibilité d'une coexistence, propre à l'islam.

L'islam s'appuierait sur sa conviction  d'être la dernière et seule vérité, contraignant les autres religions, révoquées par l'islam, à une posture défensive et intolérante, là où c'est encore possible. L'unité de la Vérité passe d'une religion à l'autre, toutes se sentent récusées, et menacées par les éléments les plus déterminés des autres religions monothéistes, dont chacune revendique la préséance, le statut de Vérité.

Historiquement, l'Islam est la dernière affirmation d'une Vérité, celle de Mahomet. Dernière et promise à l'universalité, l'oumma.Périodiquement, le monde croyant se lance dans la démonstration de la vérité unique, que représente sa version.

On retrouve la même démarche de la part des idéologies. Les politiques sont les plus ressemblantes. Leur vérité est unique et définitive. À ce titre, toutes les autres théories, toutes les autres doctrines, sont fausses, et, ou, hérétiques. Quand une idéologie remplace une religion, ou l'exalte, le résultat n'est pas meilleur.

C'est la raison, quand elle peut s'exprimer, qui nous permet d'échapper au piège de la Vérité et de ses contenus,religieux, politiques, et autres. Les humains qui n'aiment pas la RAISON, il n'en manque pas, se chargent de faire le bonheur de l'humanité au moyen de la Vérité qu'il détiennent, ou qu'ils ont trouvée.

Sans oublier l'insatisfaction que ressentent toujours une partie des humains, vivant dans le bain d'une Vérité qu'ils n'ont pas choisie. L'éventail des Vérités offre ses rechanges, nouvelles, à essayer.

Sceptique

Posté par Sceptique à 17:58 - - Commentaires [81] - Permalien [#]

08 février 2020

LA MAUVAISE PASSE DE LA PRÉSIDENCE DE MACRON: UN INCIDENT DE PARCOURS, OU UN ÉCHEC?

Les médias de toutes sortes, écrits ou télévisés, ne sont pas flatteurs pour le Président de la République, et leur pessimisme fait douter de la suite et fin du quinquennat en cours. Le pronostic le plus courant est celui d'un échec global du Président et de sa majorité, soudés depuis plus de quatre ans.

Malgré la stabilité de l'exécutif et de ses supports parlementaires et locaux, ce sont toutes les variantes de l'agitation politique et sociale, qui escortent la marche du Président, de son gouvernement, de leurs représentants.

Leur popularité est à un niveau au plus bas, la mauvaise humeur qu'on peut déduire des manifestations permanentes, souvent violentes , et destructrices, donnent à penser à un échec global, compromettant une réélection, ou l'atout d'une majorité parlementaire, lors des échéances électorales des prochaines années.

Nous sommes actuellement dans la tourmente des municipales, qui ne sont pas les plus prometteuses, les macroniens, pour lesquels il s'agit des premières, ne disposant pas de supports nombreux et combatifs .C'est, au contraire un support électoral particulièrement maigre, trusté par les partis rivaux, hérités des présidences précédentes, revigorés par les déboires du Président Macron.Il faut plutôt s'attendre à la reconduite des majorités municipales, élues juste avant les premiers pas du macronisme, apparu quelques mois avant la présidentielle qui l'a porté à cette fonction.

Il reste au Président Macron, si je compte bien, deux années avant la mise en jeu de son mandat. Il souffre d'un désamour, effet de l'exigence constante du peuple français, et des maladresses qui ont caractérisé les premières années de son quinquennat. Moins bien protégé par un parti présidentiel peu homogène, Emmanuel Macron a pris beaucoup de coups, beaucoup plus que de satisfecits. La mémoire populaire, celle du quinquennat de François Hollande, s'est affaiblie, et la hargne des gilets jaunes est encore fraiche. Encore un peu de temps, monsieur le peuple!

Le temps ne s'ajuste pas aux mérites, il est inexorable. Il faut aller jusqu'au bout, sans se tromper. Pas fastoche!

Lui et son gouvernement, encore soudés et cohérents, ont du temps et des moyens de corriger quelques tirs, de regagner du terrain auprès des modérés, de ceux qui se méfient des extrémistes populistes et écologistes. Le Front National ne semble pas bénéficier largement de la perte de confiance.

Aucune erreur n'est plus permise, ni dans l'action gouvernementale, ni dans le projet politique à venir. Il faudra éviter la chirurgie lourde, la cuisine indigeste, les rationnements pénibles, non indispensables.

Ménager, c'est préférable, les citoyens entreprenants, créatifs, gourmands, ambitieux.

Sceptique

 

Posté par Sceptique à 18:42 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

02 janvier 2020

LA FRANCE.....SANS TÊTE?

JE DÉCRIS UNE TRAGÉDIE! Jamais, depuis le début de notre histoire;même après l'exécution de Louis XVI, notre pays s'est trouvé, réellement, sans tête. J'ai ressenti, hier, cette absence, ce manque. Lors de l'expression de ses voeux à la nation, le Président Emmanuel Macron ne m'est pas paru parler en chef de l'État. Il est vrai qu'il en faut peu, pour que le pays apparaisse comme privé de...chef!

Nous sommes maintenant habitués à ne plus ressentir physiquement le "chef" de l'État. On le voit, "à la télé". On l'entend, de même, on reçoit, à heure fixe, le compte rendu de ses faits et gestes, et il nous est donné la liste de ses décisions, que nous ne contestons pas.

En raison, sûrement, d'un accueil plutôt froid de sa parole, le pouvoir du Président de la République nous parvient amorti, assourdi, loin d'être tonitruant! C'est son gouvernement qui nous rappelle son véritable pouvoir, la puissance de sa parole.

Le Président n'a pas besoin de crier, sa parole porte un pouvoir dès qu'elle est dite. Le chef du gouvernement a rarement besoin de mettre les points sur les i . Le son de sa voix est entendu.

 

C'est la première fois que je ressens un manque de puissance, presqu'un vide.

Le Président a parlé normalement, à haute voix, sans le moindre doute quant au contenu. S'il y a eu doute, c'est qu'ily a eu faiblesse.De la voix. Ou des oreilles du premier rang.

Sur quel point sa parole est elle attendue? Sur l'encadrement des prix du carburant, le fioul. Pour le moment, supportables, mais, forcément, menacés, surtout si la guéguerre s'aggrave, ou simplement, continue.

Justement, un appel intrusif est comme venu alourdir la situation. Sous entendu, votre installation n'aurait elle pas besoin d'être remplacée? Le prix n'est pas encore indiqué!

À suivre....

 

Posté par Sceptique à 16:38 - Commentaires [71] - Permalien [#]

Grève....ou Coup d'ÉTAT?

La grève, quasi totale, de tous nos moyens de transports publics, pèse lourdement sur notre vie sociale, sur notre économie, et s'engage vers une rupture sociale, sans contrôle.

L'impuissance du pouvoir politique, face à cette cette situation créée par les syndicats, est d'autant plus tragique qu'elle ne reflète nullement le partage politique du pays. Le pouvoir est entre les mains des partis modérés et légitimistes. Le pouvoir syndical s'impose à un pouvoir politique démissionnaire, mais aucun remplaçant ne profite de la situation. "On attend que ça se passe! Le pouvoir syndical, tenu par la CGT ne l'use que pour entretenir la panne des transports publics. Il ne n'occupe pas des affaires ordinaires de notre société. Elles semblent se gérer toutes seules, en fait.

Le Président de la République a occupé les minutes se trouvant à l'instant du changement d'année. Il l'a neutralisé. Le changement s'est fait sans bruit, sans douleurs. Nous ne sommes plus en deux mille dix quelque chose, mais en deuxmille vingt tout rond.

Le temps a repris sa marche....blanche! Avez-vous senti quelque chose? Moi, RIEN, sans surprise. Il y a des drames partout. Celui qui affecte notre pays ne se voit, ni s'entend.

Quand et comment notre marche, notre vie politique, reprendra-t-elle? Sommes-nous des "vivants morts"? concept dépisté par les psychanalystes. être comme si on était mort!

Que ce constat plaise, ou rassure, notre Président, m'inquiète, au contraire!

Sceptique

Posté par Sceptique à 09:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

31 décembre 2019

DES VOEUX? EFFICACES? UTILES?

Comme chaque dernier jour de l'année, le Président de la République adresse ses voeux au peuple français, qui l'a élu, il y a trois ans. Mais un Président ne formule pas de voeux magiques. Il souhaite, mais....la matière humaine résiste, quand elle n'est pas complètement sourde.

Les grèves multiples et totales qui paralysent toujours nos activités économiques, notre vie sociale, par ordre de ceux qui refusent leur bien fondé, sèment tant qu'elles durent les maux de la paralysie. Le pays est en attente d'un vrai redémarrage. Qui tarde, du fait de l'obstination de ces forces d'opposition, n'ayant de mandat que d'ellles.-mêmes.

Le prétexte est le projet d'une réforme de nos systhèmes par répartition, reprenant un modèle connu, fonctionnant de façon satisfaisante pour ses bénéficiaires, ne créant aucun préjudice aux bénéficiaires des retraités existants.

L'ignorance par les retraités français de la réalité des systèmes de retraite, pourvus en ressources par tous les travailleurs en activité, et non par la thésaurisation des cotisations desfuturs retraités comme le pensent, encore, toujours trop de français, non libérés de l'image de la rente.

Le système "par répartition" donne satisfaction depuis qu'il fonctionne, la fin de la deuxième guerre mondiale, sans heurts ni crises. Les inquiétudes qui saisissent périodiquement les salariés (où est mon argent?) n'ont jamais été justifiées par une peur fondée.

Sur quelles insuffisances étaient fondées les inquiétudes qui ont provoqué la crise récente? Aucune sérieuse, de toute évidence. Ce qui est certain, c'est que les projets  de raccourcissement de la période d'activité,plaisent, séduisent. les salariés sont pressés d'achever leur part de travailTout projet de raccourcir la période d'activité questionne la formation de la retraite qui permettra de vivre, mais sera financée, davantage, mais par d'autres travailleurs, plus nombreux.

Les syndicalistes qui ont poussé à la grève les agents de conduite de l'essentiel des transports publics n'ont vu que leur gloire immédiate. Quant aux aspects financiers, les patrons, l'État y pourvoiront!

Après nous, le déluge! Le calcul est simple. Ce que l'État, par l'impôt, assume, d'autres impôts, frappant les employeurs, complèteront. FASTOCHE! Ce qui apparait à ceux qui ont un pouvoir, c'est qu'il n'y a pas d'autre moyen que l'impôt pour disposer des moyens.

Notre président actuel, sans être radin, sait que l'impôt est payé par les contribuables, catégorie pouvant payer des impôts. Sans plus de précisions. Le gouvernement est dans l'art de régler le débit. Le fontainier actuel le préfère serré!

Sceptique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Sceptique à 15:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 décembre 2019

SI LA RAISON DU PLUS FORT EST (APPAREMMENT) LA MEILLEURE, LAISSONS LES SYNDICATS CHOISIR LE MEILLEUR.

Les plus forts qui s'empoignent depuis trois semaines, qui dirigent le combat qui doit dégager un vainqueur (ou une alliance de vainqueurs), montrent une résistance, un acharnement, très humains.

Pourquoi s'accrocher à un théorique bon droit, alors que celui des plus forts est déjà dans les mains les mieux légitimées, les mieux reconnues par....leurs possesseurs?

L'État de droit s'est épuisé, en a perdu la voix, et, bien sûr, l'honneur, alors que les choses étaient si simples: la retraite récompense de la force, point barre!

Bien sûr, il faudra mettre en concordance la réalité et les apparences! Prenons un peu de recul, et le bon droit, juste, unique, s'imposera à toutes les parties prenantes. Celles qui se désignent déjà ainsi.

Il y aura un peu de police à faire, dans un premier temps, pour éviter des spoliations . Les plus forts resteront les plus forts.La confiance ne s'éparpille pas.

Vous n'aurez pas été sans remarquer Que le préalable, composé de lois et règlements encombrants, est présumé effacé. Totalement. 

C''était la condition de la réussite de l'Action, vue et dessinée par les forts.

Il ne faut jamais oublier ce facteur ou groupe de facteurs!

Sceptique

Posté par Sceptique à 12:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

SOPHIE PÉTRONIN N'EST PAS UNE OTAGE. C'EST UNE ESCLAVE.

SOPHIE PÉTRONIN EST UNE "HUMANITAIRE", VIVANT COMME TELLE, À LA SATISFACTION D'UN UTILISATEUR.

On ne voit pas pourquoi son possesseur actuel renoncerait à la maintenir captive, sans chaines ni liens, au service des populations qu'il domine, ne comportant personne qui puisse remplir les tâches précieuses, les soins, que l'otage dispense sans réticences.

Ce n'est pas elle qui se plaint de son sort, mais sa famille. Qui n'a, avec elle, qu'une solidarité, sans dépendance. Tandis que son possesseur a un lien de dépendance très concret. Ce n'est, ni un risque, ni un scrupule, qui compose l'état d'âme de son ravisseur. Au minimum, il ne dispose de personne pour la remplacer. La notion de liberté, dans ce contexte, est très relative. Sophie Pétronin ne la réclame pas, ne se rend pas insupportable pour l'obtenir, et tant qu'on a besoin de ses soins, l'otage se sent en règle avec elle-même.

Certes, il s'agit d'un esclavage qui ne dit pas son nom. Mais n'est-ce-pas un état que vivent sans broncher tant de femmes?

Sa santé serait elle un problème? Qui peut l'évaluer objectivement? Elle même en fait elle un argument majeur?  Je ne dispose d'aucune preuve d'un abus, d'une révolte de sa part. Humanitaire elle était, humanitaire, elle reste. Elle ne s'est pas prononcée elle-même sur son état.

Vivante, insiste-t-on! Heureusement!  Pas seulement pour son ravisseur! La vie, et rien d'autre! La mort efface tout. C'est bien ce que redoute le maitre en fonctions. Il doit, même, "être aux petits soins"!

Posté par Sceptique à 11:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 décembre 2019

LES CONS ONT-ILS GAGNÉ, OU PERDU?

Les cons sont, par nature, convaincus ,je ne le fais pas exprès, d'avoir  remporté une victoire sur le capitalisme. Tous les bien pensants, même psychanalystes, en sont sûrs et le clament. Ils ont gagné, les doigts dans l'nez. Plus un engin motorisé conduit par un humain titulaire d'un permis, ne roulera plus sous le ciel de l'hexagone. NA

Il faudra s'y faire, ras le bol de l'exploitation de l'homme par l'homme!

Mais comme dans un bon fim de Charlie Caplin, les machines, immobilisées, frémissent çà ou là. Dans des magasins, dits, grandes surfaces, on voit des humains remplir des caddies, les faire passer devant des robots aux gros yeux, qui mettent devant les yeux du pilote du caddie une facture détaillée, où il ne manque rien. Tout ce qui est facturé a son équivalent dans le caddie, et inversement.

On s'était aperçu, aussi, que les moyens de transport automatisés, sans pilote, comme on dit, avaient été honteusement exploités!

Ah, les salauds!, ont chuchoté des couillonnés, ILS SE SONT PASSÉS DE NOUS!

DANS LES FILMS DE CHARLIE CHAPLIN, CE SONT LES HUMAINS NORMAUX QUI GAGNENT D'ABORD, ET LES MACHINES QUI FONT RIRE! ET PUIS, çA CHANGE.


ON S'EST DÉPÊCHÉ D'OUBLIER CE CINÉMA PRÉMONITOIRE! IL S'EST RAPPELÉ À NOUS!

ON DEVINE LA SUITE DE L'HISTOIRE, QUI COMMENCE DEMAIN: LES HUMAINS DE L'HEXAGONE SE PRÉCIPITENT DANS LES GRANDES SURFACES, REMPLISSENT SEULS LEUR CADDY, ET, À LA CAISSE, FONT DES MOULINETS AVEC LEUR CARTE À LA MAIN, SUR LE CADDY. NI OMISSION, NI DOUBLON!

AH LES VACHES!

Posté par Sceptique à 17:21 - Commentaires [34] - Permalien [#]

LA RÉPUBLIQUE EXISTE-T-ELLE ENCORE?

Un jour, le vrai nom est syndicat one, le lendemain "tous les syndicats", qui, n'étant pas tous, de loin, protestent par des et nous, et nous!

Ce qui parait évident, c'est que le VRAI pouvoir change de mains, mais seulement en apparence, grâce à une nomination tournante qe ceux qui revendiquent la possession du pouvoir. Dont l'apellation est BORDEL. 

Je ne peux pas être plus précis, car la situation dépasse mon entendement.

Qui exerce le pouvoir en France, depuis quelques semaines? Cénou, Cénou, Cénou! On n'entend que ça, et on n'est pas plus avancé! cénoucénoucénou, mais des millions de gens répondent à cette apellation! PAS FASTOCHE!

Il va falloir attendre un ralliement de toutes les forces organisées de notre société autour d'une principale, dont l'accord semblera acquis solidement. Quel critère? Une répétition à l'identique deux jours de suite!

NB Il ne faut pas se fier aux déplacements du Président en titre et de son épouse. Seules les pauses d'une durée de quarante huit heures sur un lieu symbolique, sont significatives.

Depuis le début de la crise, aucun accord ne se dégage, désignant le possesseur du pouvoir, et sa capitale.

SUITE À DEMAIN, SAUF URGENCE ÉVIDENTE.

Posté par Sceptique à 11:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]