Sceptique

16 janvier 2019

LE GRAND DÉBAT:ESSAI TRANSFORMÉ!

Je me suis trompé! 

Emmanuel Macron a gagné son pari. Il a eu un dialogue franc et d'un niveau élevé avec les maires normands, par lesquelles et lesquels commençait la grande consultation qu'il a programmée.

Direct, courtois, chaleureux et franc, le Président a écouté, noté, les problèmes que les maires de communes de toutes tailles lui exposaient. Une réponse immédiate, concrète, attestant son information, sa compétence, sa franchise, a placé le débat à son plus haut niveau.

Bien sûr, les maires sont des élues et élus, au plus près de leurs électeurs, soucieux de leur vie, de leurs besoins, pour eux-mêmes et leurs enfants. Sans doute, certains ou certaines avaient des problèmes difficiles à exposer. Questionnés et écoutés avec chaleur et courtoisie, leur mauvaise humeur, si c'était le cas, était prestement remballée.

Le temps de recevoir les doléances, l'exposé des problèmes concrets, fut long, mais exhaustif . Le Président donnait une réponse immédiate, démontrant son écoute, et en annonçait une autre, plus complète, quand tous auraient été entendus. Tout en écoutant, il établissait une fiche.

Quand est venu le temps des réponses développées, abouties, le Président à montré sa connaissance approfondie de toutes les questions, a prononcé les mots "science", "scientifique", et aussi "ingéniérie" que je n'avais jamais entendu employer jusqu'ici. Tous les thèmes abordés à partir de situations concrètes rencontrées par les maires témoignaient de son information. Le surdoué était bien là.

Je ne sais pas combien de séances de même intensité seront nécessaires au "tour de France". Il faudra qu'il s'oblige à des pauses.

Mais la crise de la société française, ,ses déchirures, ses violences pathologiques, depuis plus de deux mois, l'exigeaient. Les apprentis dictateurs voient leurs chances, s'entrainent, se préparent, confortés par leurs modèles sud-américains. Et les gilets jaunes, apparus en Novembre sous forme de blocages divers, et de manifestations ravageuses à Paris et dans d'autres grandes villes, n'ont pas désarmé. Eux aussi tiennent pour nuls et non avenus les corps constitués qui les ont précédés. Ils ne veulent pas renoncer à la prise de pouvoir qu'ils ont décrétée entre eux.

Sceptique

Posté par Sceptique à 10:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

14 janvier 2019

LE GRAND DÉBAT PROPOSÉ PAR LE PRÉSIDENT MACRON EST-IL UNE BONNE IDÉE?

Très spontanément, ma réponse est NON. POURQUOI? LE PEUPLE FRANÇAIS N'EST PAS HABITUÉ À DIALOGUER AVEC SES DIRIGEANTS. UN RELIQUAT DE L'ANCIEN RÉGIME.

Le rejet haineux, le fantasme de déposer l'élu (des autres), est d'autant plus facile que les remplaçants putatifs se pressent aux pieds du peuple. De droite à gauche, de gauche à droite, c'est MOI MOI MOI!

Quant aux règles institutionnelles, à la lettre de la constitution, les vociférations de ceux qu'elles gênent, troublent les candides qui s'y reportent. Tellement leurs contestataires de toujours réclament une foire d'empoigne, l'avantage à la force.

Depuis des décennies nous votons plus pour des personnes que pour des programmes. Le flou de ces derniers s'est avéré un avantage. Les candidats peuvent s'y vautrer. Ce n'est qu'en fin de course qu'il faut être précis....pas trop.

Je ne vois, personnellement, que des mauvaises suites à la situation insurectionnelle que nous vivons. 

Pour qui travaillent les gilets jaunes? Bien qu'ils le croient, pas pour eux. La politique n'est pas leur métier. Or, elle s'est très professionnalisée en France.

Dissoudre l'Assemblée Nationale? Elle n'est pas en cause, ce serait une errreur, un suicide.

Le temps travaille-t-il pour les gilets jaunes, leur désordre, qui masque leur ambition? La situation réelle va s'aggraver, le chômage remonter en flèche. Leur solution. Aucune autre qu'une prise de pouvoir dictatoriale.  Contre laquelle le pouvoir républicain a des défenses. À utiliser, bien sûr!

La solution devait être le recours à un dispositif constitutionnel comme l'état d'urgence, et à la reprise en mains patiente de l'ordre. Les difficultés socio-économiques mettront les citoyens face à la nécessité.

Sceptique

Posté par Sceptique à 11:39 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

12 janvier 2019

LES COUPS DE PIED DES ÂNES.

Ce matin, réagissant au propos du Président Macron sur le sens de l'effort que les français auraient perdu, le porte parole des Républicains a crié très fort que le Président n'aimait pas les français. 

Pourtant, c'est en des termes de même force que Nicolas Sarkozy réclamait que les efforts de ceux qui en faisaient, soient récompensés.

Les journalistes qui commentaient cette réaction en étaient surpris, car l'exaltation, suivie de récompense, de l'effort, font partie du discours de toute droite qui s'affirme. 

Dans l'état de notre société, secouée depuis deux mois par le mouvement des gilets jaunes, qui se plaignent de ce que leur labeur n'est pas récompensé, les propos démagogiques tenus au nom des LR sont saugrenus.

Les frustrés de 2017 participent à l'hallali, c'est sûrement logique, mais pas vraiment digne. Ça ne ramènera pas au bercail les militants et les électeurs perdus.

Et quand on voit vers où s'évadent les LR déçus, on ne peut qu'être plus attristé par la posture adoptée par ce parti.

Sceptique

Posté par Sceptique à 09:25 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

10 janvier 2019

CHAUD OU FROID, L'AFFAIRE DU SIÈCLE....ET DES SUIVANTS ?

Lu dans le Figaro, ces jours ci, à deux reprises, pour se mettre l'information, bien dans la tête.

Il y aurait, dans les profondeurs de l'Océan Pacifique, une poche d'eau froide, assez volumineuse pour agir comme un climatiseur...précaire! Que la température de cette eau s'élève, il en serait fini de nous, les humains fautifs, par boulimie énergétique.

C'est cette affirmation catastrophiste qui me gêne, par son absence de toute référence à ce qui est connu depuis longtemps de la circulation des eaux dans les océans, à l'échelle de la terre dans son ensemble. Quelques kilomètres carrés ou cubes ne suffisent pas.

On sait depuis longtemps que les courants chauds circulent en surface, que le Gulf stream contribue à adoucir le climat des terres émergées de l'Europe occidentale, de nos rivages bretons, jusqu'aux rivages russes de la mer Blanche.

Ce déplacement des eaux chaudes est compensé par celui d'eaux froides, venant des mers polaires, en profondeur. Et cela, depuis des millénaires. Le froid et le chaud sont fidèles aux lois de la physique, le chaud s'emploie à réchauffer le froid. Gentil, hein?

Il est permis de penser que les eaux polaires se réchauffent en se mélangeant avec de l'eau plus chaude, et que le mélange, moins dense, remonte doucement vers la surface. L'eau étant ce qu'elle est, elle ne se presse pas, tout en obéissant aux lois physiques qui s'y appliquent. Il est permis de penser que la poche d'eau froide en question gagne de la température au contact des eaux chaudes, et en reperd à celui des eaux froides, qui arrivent par en dessous, des mers polaires.

Cette description est conforme aux lois physiques établies il y a quelques siècles, celles de la gravitation, puis celles de la thermo-dynamique. Il parait qu'elles ne sont plus politiquement correctes, mais ça ne me trouble pas.

"N'ayons pas peur!"

Sceptique

Complément: Toutes les mers et les océans sont concernés par ces règles générales, mais des particularités géographiques trouvent une traduction climatique spécifique. Dans l'Atlantique, le courant des Canaries, froid, mais circulant en surface dans le sens Nord-Sud, rend, dès la hauteur du Portugal, les baignades réservées aux masochistes, et participe massivement à la désertification du Sahara. Heureusement, les poissons, pas frileux, abondent.

Dans le Sud du Pacifique, le Courant de Humbolt, en sens inverse et le long de la côte ouest de l'Amérique du sud, induit la désertification de la dite côte, du Chili au Pérou.

Il y en a d'autres, mais moins importants en volume, et aux effets limités.

Posté par Sceptique à 11:13 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

09 janvier 2019

ÉVASIONS CHEZ LES RÉPUBLICAINS. LES FUYARDS RALLIENT LE RASSEMBLEMENT NATIONAL.

Tant on mélange les idées, plus on est proches. Depuis la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017, les Républicains, autour de Laurent Wauquiez, qui a pris en mains ce parti, la recherche d'une identité positive, d'une doctrine et d'un projet spécifiques, est une obsession du parti légué par Nicolas Sarkozy.

Il faut élargir le fossé qui le sépare du macronisme, tout en voulant séduire les électeurs "égarés" de la République en Marche. C'est d'autant plus difficile, que les personnalités qui ont accepté les offres du Président conquérant, semblent s'en porter très bien.

IL y a du mariage dans l'âme des partis politiques, la chasteté des idées et une fidélité "conjugale" y sont appréciées. Il y a eu des scènes de ménage aux LR à la suite de la présidentielle de 2017. Ont suivi deux années de bouderie jalouse, de cours de dénigrement de la macronie, pour mettre les meilleurs à l'abri des tentations. Il semble qu'une nouvelle foi a été forgée, "Macron, son oeuvre, et ses pompes", se confondent avec celles de Lucifer. Les yeux souffrent, le blépharospasme y est endémique.

Source de satisfaction pour LE CHEF, il n'y a pas eu d'autres évasions vers LREM et son gouvernement, que celles de Gérald Darmanin et de Bruno Le Maire. Mais l'un comme l'autre sont des "clés de voûte"dans le gouvernement d'Édouard Philippe. Toutefois, pas davantage d'adhésions réparatrices.

Après une longue année de calme aux frontières, une subite crise a éclaté au sein des LR. Plusieurs personnalités, anciens parlementaires, viennent de s'évader, mais surprise absolue, pour rallier avec éclat....

LE RASSEMBLEMENT NATIONAL, oui, celui de Marine Le Pen, l'ennemie N°1 de LR. Un sacré coup dur, qui laisse tout le monde sans voix. Y compris moi, Sceptique; à l'affut de scoops de cette taille.

Je me suis limité au récit de l'histoire, pas banale. La suite pourrait être silencieuse.

Sceptique

Posté par Sceptique à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2019

RETOUR AU GAULOIS

Le mouvement politique qui s'installe et se fait plus brutal depuis quelques semaines, semble avoir franchi un seuil lors de sa dernière prestation du samedi. 

Les premières s'en étaient prises à ce qui était beau, signe d'opulence, de raffinement. Elles avaient continué avec les symboles de notre histoire, la guerrière et la culturelle. Quel mal avaient-ils fait? Je pense que les profanateurs seraient incapables de répondre à cette question. "Ils" étaient sur leur trajet, ça suffisait.

Mais ça n'était que des choses, inanimées, sans défense, sans sensibilité, que les spécialistes de la restauration  remettraient en état en quelques heures.

Ce n'était que du vandalisme, leg d'un des peuples germains venus nous libérer de l'Empire Romain, en décadence. Vingt siècles plus tard, leurs descendants faisaient parler leurs gènes. Toujours expressifs.

De samedi en samedi, les nettoyeurs de civilisation en enlevaient une couche. Peu à peu, il sont arrivés à la peau des hommes, et c'est devenu encore plus excitant. Avant-hier, samedi 5 Janvier 2019, les nettoyeurs sont passés de la démolition d'objets à celle de sales gueules. En uniforme, ce qui aggravait leur cas.

Il est bien connu que l'odeur du sang, qui coule dès les premiers coups, est enivrant. Sa couleur a aussi son rôle. Il y a du taureau chez le mâle humain. Quand il voit rouge, il charge. Ce qui ne nécessite pas trop de réflexion, fatigante par nature.

Le clivage actuel de notre société y trouve son compte. La partie qui défend la civilisation s'efforce de mettre la main sur ceux qui la trahissent, comme ce boxeur qui a exercé son art martial sur un policier, oubliant les règles très strictes de son sport. Confiné au vestiaire quand le ring n'est pas disponible, quand le partenaire n'est pas du même poids.

Mais la partie qui défend les droits animaux de l'homme, justifie leur expression, dès qu'il y a une cause juste, comme la misère, qui ronge notre société.

Les défenseurs moraux du castagneur ont sorti de leur manche un officier de police faisant le coup de poing. Histoire de rétablir l'égalité. Quand le boxeur hérétique sera arrêté, il verra combien il est aimé.

Il faut se faire à l'idée que cette situation d'extrême haine, d'extrême violence, n'a aucune raison de s'arrêter, puisque son motif premier; le Président de la République Emmanuel Macron est toujours "locataire" de l'Élysée. Son bail est symboliquement résilié, ses successeurs* piaffent d'impatience. Ils vont sûrement organiser un tour de rôles, car une élection présidentielle est trop longue et n'en désigne qu'un à la fois!

Contrairement aux apparences, la République se porte bien, et satisfait un maximum de citoyens, phobiques de l'ennui.

Sceptique

* Sans ordre des chances, ni alphabétique: Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan, sont sur les rangs. Beaucoup d'autres attendent l'annonce d'une élection présidentielle

Posté par Sceptique à 05:50 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

06 janvier 2019

LE BORDEL EN FRANCE:UN FRANÇAIS SUR MILLE....ET C'EST LUI QUI GAGNE!

Je me faisais la remarque, il y a quelques jours, que malgré les gilets jaunes et leurs amis les casseurs, les jours ouvrables de la semaine, du Lundi au Vendredi, la France réelle, tournait, fonctionnait.

Mon boulanger fait du pain et me livre une baguette. Le préposé de la Poste me livre mon courrier, prend celui que j'ai préparé pour le lui confier.

Les magasins de la ville voisine sont ouverts, et disposent, maintenant, d'un peu plus que l'essentiel. J'ai acheté, chez mon libraire, mon Houellebecq.

Mais en fin d'après-midi, lorsque la nuit est tombée, le bordel du Samedi m'a sauté à la figure. J'avais mis en route mon téléviseur, sur une chaine d'information.

Quelques rues de Paris avaient été saccagées, un policier avait été envoyé à l'hôpital, des agences bancaires fracassées, une porte symbolique, celle d'un ministère, avait été incendiée.

Chronique ordinaire d'un samedi! Depuis cinq ou six semaines.

Chiffres de l'Intérieur: 50.000 manifestants. On peut se fier aux chiffres, les moyens de la police sont très fiables

50.000 adultes, c'est un citoyen adulte pour mille. Ça suffit pour faire beaucoup de casse, beaucoup d'effet, faire croire que notre pays est à vau l'eau. Il devrait, mais ce n'est oas vrai!

Mais quand même? Peut-on continuer cette farce chaque samedi de l'année qui commence? La seule gloire, c'est qu'il est "made in france", conçu et réalisé en France, fictivement breveté en France. Mais si nous sommes imités, nous ne pourrons percevoir de droits.

Il est clair que notre pouvoir légitime se fait le plus petit possible, n'agit qu'en se confondant en excuses. Il a, heureusement, des serviteurs fidèles, dévoués, prêts à mourrir pour LUI. Il n'y a pas eu, encore, de morts, lors de shows du Samedi, mais si ça continue, la statistique sera au rendez-vous.

Pour le moment, le gouvernement roule, "verbalement", des mécaniques, et s'en excuse platement. Le peuple silencieux attend de lui qu'il se fâche, tout en pariant pour le contraire, plus probable. Il flatte les casseurs. Les "dents longues" sont gonflées d'espoir, la place pourrait se libérer.

Je dirais bien au Président, que les calculettes, chauffées au rouge, soi disant déposent, CHICHE!

Démissionnez, assumez l'intérim, et refaites l'élection présidentielle, avec les mêmes(ils en rêvent), y compris vous. Des sondages ont montré que vous seriez encore gagnant....par peur du pire. Si ça se confirme, ça clouera le bec des illégétimistes. De nouvelles législatives reconduiront votre majorité, l'opposition sera ridiculisée. Elle ne l'aura pas volé!

Pourquoi repartir de zéro?  Prenez le temps de réfléchir, de chercher où vous avez failli, où vous vous êtes trompé, sur les gens auxquels vous aviez affaire. Vos fidèles ne sont pas en cause, au contraire.

Il faut, parfois, manquer aux autres, se faire désirer , mettre son ambition en sourdine.

J'ose mettre en ligne ce billet. C'est mon opinion, que  j'assume. Car je suis fatigué du bordel.

Sceptique

Posté par Sceptique à 03:37 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

05 janvier 2019

FRANCE, ENTRE LA FORCE ET LE DROIT.

C'est la situation concrète que nous vivons depuis un mois et demi, entre des actions "populaires" qui ne le sont pas forcément....pour ceux qui les subissent. À la Télé, on peut applaudir Guignol, mais dans la rue, il faut chercher son salut dans la fuite, car César est débordé.

Les références des deux camps sont claires. Les gilets jaunes et leurs soutiens intéressés, d'extrême gauche et d'extrême droite, sauront quoi faire d'une vacance du pouvoir. 

Quant à ce dernier, il s'appuie sur sa légitimité constitutionnelle, mais sous les insultes de plus en plus denses.

Comme, finalement, l'État, les services publics, en particulier la sécurité, la police, la santé publique, et l'énergie, fonctionnent, remplissent leurs engagements, les citoyens tranquilles, non engagés, vivent leur vie de consommateurs, achètent leur Galette à la Frangipane, le cidre qui va avec, ou partent en vacances.

La Force sur les rond-points, joue au Gendarme, "contrôle" les passages, reçoit des friandises qui font mieux supporter le froid. Les vrais gendarmes courrent d'un rond-point à un autre, verbalisent les gardes, les obligent à détruire les abris de fortune, à déblayer les immondices, puis passent au suivant.

Le pouvoir républicain semble avoir choisi la patience, l'usure naturelle de tous les serments, de tous les zèles. Le pourrissement, pour résumer. Chacun de son côté prend la posture qui convient, qui fait sérieux, mais pas trop.

Les journaux, surtout les télévisés, sont contents, les flots de salive s'échangent, débordent, mais maintiennent l'audimat.

Tout ce qui est indispensable à la vie sociale, à la vie économique, fonctionne, mais est prêt à se mettre à l'abri dès qu'on voit du jaune en approche. 

En résumé, pour localiser la merde, il faut marcher beaucoup, sans se boucher le nez.

Sceptique

Posté par Sceptique à 06:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 janvier 2019

L'HUMANITÉ ET SES FANTASMES D'EXTRA-TERRESTRES.

J'ai entrevu ce titre dans un de mes magazines en version numérique. Je fais un lien avec l'événement de ce premier jour de l'année, et les photos prises par une de nos sondes spatiales, d'un astéroïde circulant à la limite de notre système solaire, à quelques milliards de kilomètres de notre soleil. Nous n'en sommes qu'à quelques millions, nous! Mais il vaut mieux.

Depuis que l'astronomie a instruit l'humanité sur le cosmos, dont la première étape est la lune, et les suivantes les planètes du système solaire, repérées par leurs mouvements cycliques, l'homme se demande si ces planètes sont peuplées par des "créatures" comparables à LUI, à quelques détails près. Il a fallu quelques siècles pour que nos connaissances écartent la possibilité d'une vie sur les autres planètes du système solaire. Trop chaudes, ou trop froides, elles ne peuvent porter une vie, que nous pourrions comparer à la nôtre. Le dernier doute a concerné Mars. Il est admis qu'elle ne possède pas de forme de vie. On cherche encore celle d'un passé. Les beautés du paysage martien justifient-elles des expéditions-suicide? La sagesse devrait se satisfaire d'engins très gourmands en informations diverses, mais les traitant, et les envoyant vers la terre, sans que personne n'ait à mourir pour elles.

Au delà de Mars, les charmes à espérer sont nuls, et les voyages trop longs.En deça, Mercure, Vénus, sont des enfers.

Si le système solaire ne possède aucun autre endroit vivable que notre Terre, il faut aller chercher plus loin, au delà de notre système solaire. Mais les distances font un bond. Mesurables en années-lumière, c'est à dire la distance parcourue par une particule de lumière en une année*. Il s'agit de systèmes planétaires, possédés par d'autres étoiles, comparables à la nôtre. Si le ciel brille de milliers d'étoiles, elles sont en fait trop éloignées pour être accessibles. 

Un de mes amis ne supportait pas ce vide sidéral, cette limite à notre appétit de connaissances. Il peuplait, avec d'autres, le cosmos, d'êtres plus intelligents que nous, et ayant maitrisé tous les obstacles sur lesquels nous buttons. "Ils" venaient nous visiter en soucoupes volantes, en OVNIS, faire un petit tour, puis repartir chez eux. Mon ami n'était pas intrigué par leur indifférence.  Ça ne serait pas notre cas!

Les croyants en ces balivernes ont manifestement perdu la foi, en même temps que les OVNIS se sont mis à nous bouder.

Pour conclure, nos astronomes ont établi l'existence de systèmes étoiles-planètes au delà de notre système solaire, mais vraiment peu attirants: des soleils proches de l'extinction, des planètes petites, trop pour avoir pu retenir leur eau, et présentant, comme notre lune, toujours la même face à leur soleil. Ça ne vaut vraiment pas la dépense, et le voyage durerait une cinquantaine d'années, à condition d'atteindre la vitesse de la lumière.

Il faudra opter pour la sagesse,pour la vie sur terre, quelqu'en soit l'état à ce moment là**

Sceptique

*La lumière se propage à 300.000 km par seconde.

**Heureusement, notre gentil Président veille sur elle.

Posté par Sceptique à 17:03 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

30 décembre 2018

CE QUE J'AIMERAIS ENTENDRE DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE, DEMAIN-SOIR.

Il y a longtemps que le passage d'une année se terminant, à la suivante, a coïncidé avec un tel désordre, une telle violence, une telle incertitude.

Un nouveau parti, accouché par Facebook, occupe la quasi totalité de la vie politique, tout en protestant d'apporter des solutions nouvelles, à l'exception de leur prise du pouvoir.. Leur préalable est la disparition de l'existant: représentants du peuple, assemblées délibérantes, gouvernements agréés mais sous contrôle, président de la République élu au suffrage universel. Leur surgissement implique la révocation, la nullité, des institutions diverses de la République, que je viens d'énumérer.

Leur objectif est simple, le bonheur général, par la satisfaction immédiate de tous les désirs, de tous les besoins. Par la fin de toutes les contraintes*, de toutes les limites, de toutes les obligations, essentiellement. Le nouveau départ est supposé partant de zéro.

Leur moyen d'action, unique, est le blocage. De la circulation des personnes et des marchandises, par des barrages sur les routes, installés sur les ronds-points, limitant par eux-mêmes la vitesse des arrivants. L'occupation du centre des ronds-points facilite les contrôles, et permet un séjour sécurisé et aménagé aux contrôleurs.

Le système s'est révélé très efficace, et seule l'application des lois de l'ancien régime, par ses agents encore en fonctions, a réduit suffisammant la densité des obstacles.

L'essentiel de l'action résiduelle est l'organisation de manifestations urbaines chaque samedi après-midi, que viennent renforcer "les casseurs", un rassemblement spontané de ceux qui ont pour passion de démolir les symboles d'un présent qu'ils exècrent, les commerces de toutes sortes, où s'échangent les besoins et les offres, de services, et de marchandises. Les gilets jaunes n'y sont, directement, pour rien. Ils n'offrent aux casseurs qu'une opportunité gratuite. Cet effet secondaire, qui rejaillit sur leur cause, sur leur modèle de société, leur échappe totalement, bien qu'il éclabousse leur image. Gilets jaunes et casseurs sont amalgamés.

Face à cette "bronca", le Président de la République, Emmanuel Macron, est à la fois sa cible, car responsable du mécontentement, et sa solution.

Il l'a déjà ébauchée, sous la forme d'une potion calmante, mais plutôt chère, et sûrement éphémère, comme n'importe quel traitement symptomatique. 

Sa capacité à guérir la maladie, chronique, à la longue évolution, est mise en doute, avec d'autant plus de violence, que les soins nécessaires, chirurgicaux, sont annoncés comme douloureux. Le malade n'est pas pressé de passer sur le billard. 

Victime, ou objet, d'une perte de confiance, que pourra annoncer le Président à l'occasion de ses voeux du nouvel an? Dans l'état actuel de ses relations avec les français, que devrait-il dire qui leur plaise? 

De l'argent fait toujours plaisir (à ceux qui le reçoivent), mais il faut qu'il sorte de quelque part. Les coffres forts de la Nation sont tous annoncés vides. D'aucuns suggèrent fortement qu'on s'empare du contenu des coffres privés, dont les propriétaires sont moins dispendieux que l'État. "On"le leur rendra plus tard**.

Je préférerais qu'il ne s'abandonne pas à la facilité, qu'il nous propose des mesures susceptibles de faire du bien à notre économie, afin qu'elle produise,plus, mieux, plus vendable, donc, plus rentable. Des tracasseries supplémentaires, comme on les aime, seraient contre-productives. Ces conditions, bizarrement, passent mal dans l'opinion. Qui préfère les distributions, sans se soucier de l'origine.

Ce serait nettement moins populaire, mais je préférerais des annonces de mesures stimulantes de l'innovation, ou de la production répondant à une demande motivée. Je crains que les problèmes récents aient, au contraire, refroidi les ardeurs des chercheurs.

Je l'écouterai, et concluerai

Sceptique

*Il a été dit que le déclencheur de ce mouvement, dont les racines sont plus rurales qu'urbaines, est la limitation à 80 kmH de la vitesse des automobiles, sur le réseau des routes départementales, dépourvues d'une séparation pysique des deux courants de circulation. Je n'en suis pas plus étonné que ça. Dans notre civilisation, la voiture est servie par l'homme, et non le contraire!

Complément: Entendu, il y a un instant, un échange entre plusieurs éditorialistes des chaines d'information télévisée, sur ce qui peut être attendu du message télévisé du Président, demain soir.

Ce n'était pas dit, mais le renoncement du Président Macron était à la fois désirable et impossible. D'un côté, il a perdu beaucoup d'autorité, beaucoup de confiances, et "on" le voit mal mettre en acte beaucoup de décisions, en regard de ce qu'il a fait depuis son élection, et les niveaux de respect et d'acceptation dont il dispose. Mais l'opinion n'est pas encore prête à casser notre constitution, à la soumettre aux mouvements de l'opinion.

Au nom du futur, je souhaite que la constitution ait gain de cause, que le Président en exercice défende ses droits, et ses devoirs.

Sceptique

Posté par Sceptique à 11:24 - - Commentaires [12] - Permalien [#]