30 décembre 2008

"Faire feu de tout bois"

L'évasion d'un malade "dangereux" d'un hôpital psychiatrique, le décès par crise cardiaque d'un malade, faute d'une place dans un service de réanimation, ont provoqué la montée immédiate sur l'estrade des responsables syndicaux, avides d'occuper la place médiatique brusquement ouverte par ces événements. Dans le premier cas, les psychiatres gardant le silence à propos d'une évasion susceptible de conforter le jugement sévère du Président de la République sur la sécurité des hôpitaux psychiatriques*, c'est un représentant du... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2008

Procès de l'homme moderne: nouvelles pièces à charge

Il y a encore quelques jours, on mettait le changement climatique constaté, sur le dos des adeptes de la civilisation capitaliste et industrielle, avec ses usines, ses bagnoles, ses camions, et toutes les gâteries que les européens (d'abord) se sont autorisées, grâce à l'argent gagné*. Il suffisait donc, pour les sauveurs de la planète, d'interdire tous ces gadgets inutiles, et de ramener tous les peuples goinfres à la sobriété ancestrale et oubliée, et, corrélativement, au nombre raisonnable qu'ils n'auraient jamais du dépasser. ... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 07:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 décembre 2008

Urgences médicales dans la société d'aujourd'hui

La mort d'un enfant, que ce soit par maladie ou accident, est devenue un scandale, un paradigme de l'injustice, un indice de l'imperfection de l'oeuvre humaine. Se poser toujours cette question est sain, surtout du côté des politiques qui ont la responsabilité du fonctionnement de la société, en particulier de sa réactivité aux événements exceptionnels, à quelque échelle qu'ils se présentent. Cette mort d'un enfant dans un service d'urgences d'un hôpital de l'Assistance Publique à Paris en est un. Elle résulte d'une erreur de... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 08:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 décembre 2008

Coeurs fendus au Parti Socialiste

La tendresse, en général, à l'exception du bifteck,présente des inconvénients. Pour la construction, d'immeubles, de ponts, de barrages, ce n'est pas du tout recommandé. Pour la fabrication de bons canons, de bonnes mitraillettes, non plus. En politique, c'est franchement à éviter, sauf un petit peu pour les copains. Vraiment, un tout petit peu. Il était temps! Le Président Nicolas Sarkozy a rendu un signalé service au Parti Socialiste et à toute la Gauche en accordant six mois de grâce à un "coquin" qui avait été de tous les bons... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 05:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 décembre 2008

Crise de l'enseignement: l'horizontal contre le vertical.

Un article de Jean-Michel Dumay dans le Monde du 21-22 Décembre 2008 apporte un éclairage important à la crise des lycées, et la transforme en un problème structurel plutôt que conjoncturel. S'appuyant sur des observations de l'évolution d'une société pourvue de nouveaux moyens de communication à la portée de toutes les bourses et largement prisées par la jeunesse, il montre que ce développement horizontal des échanges s'oppose, non pas frontalement, mais par une dérobade coordonnée, une dissolution dans un fluide mouvant, à la... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 05:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 décembre 2008

Quand la gauche compte sur la crise....

C'est le politologue Olivier Duhamel, Professeur à Sciences Po, qui décrit cette opportunité, au cours d'une émission que j'écoutais hier soir. Selon lui, malgré la réaction dubitative d'autres participants à l'émission, dont Jérôme Jaffré, analyste de l'opinion, la crise, qui met en difficulté, dans le champ spécifiquement français, Nicolas Sarkozy, devrait logiquement profiter à la gauche, y compris l'extrême, pour laquelle l'angoisse des français est pain béni. Herr Professor s'appuie sur un glissement sémantique. La sinistrose,... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 06:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 décembre 2008

Le "trouble" des lycéens. Encore...

Mes derniers billets sur la crise des lycées, déclenchée par les projets de réforme du Gouvernement et du Ministre de l'Éducation Nationale, Xavier Darcos, m'ont valu quelques remontrances de la part de professeurs. J'ai rencontré hier un étudiant, qui était allé à la rencontre de lycéens grévistes et occupant leur établissement, pour discuter avec eux de leurs motifs de mécontentement. Il avait à la fois l'âge, rassurant pour ces jeunes si proches de lui, et le caractère propre à calmer une éventuelle agressivité. Tout s'était... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 07:24 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 décembre 2008

L'Éducation Nationale selon Diafoirus

Un individu possède un avantage certain sur une société: une maladie infectieuse laisse derrière elle une immunité durable, parfois définitive. Un vaccin fait de même avec deux à trois injections sans réaction, et un rappel à intervalles variables. À l'opposé, toutes les sociétés sont atteintes de maladies entraînant fièvre, douleurs, impotence et repos à la chambre. Sans possibilité de prévention, et sans thérapeutique réellement efficace. La maladie cède quand la mise à la diète de la société finit par affaiblir les anticorps qui... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 06:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 décembre 2008

Fin d'une légende: les élèves écoutent leurs professeurs.

Xavier Darcos, Ministre de l'Éducation Nationale, voulait réformer le Lycée, après l'École primaire. Cette première étape, sans être facile, ne l'avait opposé qu'aux professeurs des écoles, aux parents d'élèves de la FCPE et aux hommes politiques locaux, responsables de ce premier niveau scolaire. Mais pas de manifestations d'écoliers, de 6 à 11 ans. Entre l'obéissance aux parents, et l'évitement de tout risque par les enseignants, les enfants étaient sagement restés à la maison. Quand il a annoncé qu'il allait passer aux problèmes... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 05:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 décembre 2008

La crise? Quelle crise? C'est un complot!

Ainsi se résume la position de Bernard Thibault, leader de la CGT, et encarté au PCF. La crise a bon dos. Les entreprises, sans aucune justification, selon lui, en profitent pour réduire leur voilure, mettre au chômage technique, restructurer, licencier, délocaliser. L'industrie de l'automobile est à cet égard, "exemplaire". "Mais la baisse des ventes?", font observer les journalistes du Grand Jury, dont il est l'invité. "Comment expliquez-vous que les clients attendent toujours trois semaines pour se voir livrer la voiture... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 05:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]