La France s'ennuie.

Il y a deux sens à cette phrase. Le sens courant est un sentiment, qu'on cherche à annuler en saisissant un livre, en ouvrant sa radio ou sa télévision(ouh! lala!), en sortant faire du lèche-vitrine, en allant soigner son jardin.

Le second est un phénomène entièrement nouveau. Quelques personnes majeures et parfois vaccinées, qui ont en commun le sentiment d'être injustement inconnues, fondent une association dénonçant comme dangereuse ou insupportable telle ou telle activité qui occupe leurs voisins. Que ces voisins ne s'ennuient pas est LE scandale. Le but de l'association est de les ennuyer, et de justifier l'invitation faite aux journalistes de faire une enquête ou un reportage. Passer à la télé, même locale, avoir sa photo dans le journal, sont les éléments d'un bon départ.

Ainsi, depuis quelques années, c'est la folie du portable. Un peu avant, c'était la folie du "walkman". Les jeunes, enfants, adolescents et "teen-agers" adorent éprouver une folie pour quelque objet amusant. La contagion se répand en quelques semaines, dès l'apparition sur le marché de l'objet nouveau.

Ainsi le téléphone portable. Il a été bien plus vite indispensable aux enfants qu'aux adultes, exception faite des "commerciaux". Un téléphone étant fait pour téléphoner, les possesseurs exercent une pression intolérable sur leurs fournisseurs pour qu'ils équipent le pays d'antennes-relais, formant un réseau suffisamment dense pour qu'on puisse faire la causette d'où on veut, quand on veut.

S'attaquer de front aux plus fous, les jeunes, leur tenir le même discours qu'à leurs grands-parents masturbateurs, leur annoncer la folie( la vraie), la surdité, ou la mort précoce, les fait rire. Ils sont d'une insouciance à faire tomber les bras.

Non, la question doit se régler entre adultes: les ennuyeurs cherchent le point faible du dispositif, qui ne relève dans son ensemble que de l'activité et du financement des fournisseurs des précieuses ondes. Le lancement d'une rumeur dénonçant la nocivité des ondes (nul besoin d'expliquer de quelles ondes il s'agit, le mot suffit), va suffire à faire éprouver quelque démangeaison ou vibration incongrue à des personnes vivant près des antennes relais, généralement d'un âge certain, non utilisateurs du téléphone portable, mais ouvertes à l'information par l'usage quotidien de la télévision. Pas dangereuse, c'est bien connu.
Madame A. va en parler à Madame B, qui le répétera à Madame C. Et dans la chaîne qui se constitue ainsi, il se trouvera bien quelques maillons électrons-sensibles. On est partis pour la boule de neige!

La boule est devenue suffisamment grosse pour "interpeller" les politiques. Dont le devoir est de veiller sur le bien-être des citoyens et d'assurer la paix civile. Le procès du portable est aujourd'hui ouvert.

Comme "on" le dit sans rire:"on" ne peut pas prouver que les ondes (électro-magnétiques) sont sans danger. Il n'est pas nécessaire d'arriver à prouver qu'elles sont dangereuses, au niveau d'intensité utilisé en téléphonie portable. Il suffit de "ne pouvoir prouver qu'elles sont sans danger". Tout comme on ne peut prouver que Dieu n'existe pas. On est en dehors du champ de la science, et c'est nettement plus confortable.

Ces enfants qu'on s'apprête à ennuyer en les privant de leur portable, en leur imposant une oreillette (ils connaissent!) ou le seul usage du SMS (ils savent suffisamment lire pour ce langage basique), ce sont:1)les arrière-petits-enfants des accrocs de Radio-Londres, collant leur oreille à leur poste pour entendre les nouvelles "libres" assaisonnées au brouillage allemand. 2)les petits enfants des adolescents d'après-guerre qui écoutaient du rock ou des chansons nouvelles avec leur transistor sur l'épaule et collé à l'oreille. 3)les enfants des découvreurs du walkman, des chaînes hi-fi, de l'ordinateur, d'internet. Quant à la télévision, elle trône dans chaque foyer, y compris celui des ennuyeurs*, depuis plus de cinquante ans.
La part française de l'humanité survit toujours! Il paraît même qu'elle prolifère. Autrefois, il fallait faire des enfants pour les envoyer à la guerre. Maintenant, on continue à en faire "malgré" les dangers du portable!

L'inconséquence est la maladie de l'homme.

Sceptique

*Vous aurez remarqué que je n'écris pas "emmerdeurs". J'essaie d'être poli!