Cette tactique propre au rugby possède deux utilités; -se rapprocher progressivement de la ligne de but adverse, plus difficilement accessible par l'attaque frontale. -écarter le danger d'une attaque de l'adversaire, permettant le regroupement de la défense.

En politique, l'expression est une métaphore de l'évitement. Évitement de toutes les solutions qui divisent radicalement, qui sont des obstacles insurmontables.

La "primaire(ouverte)à gauche" fait partie de cette tactique qui "ne mange pas de pain". Elle fait la quasi unanimité, ce qui en dit long sur la neutralisation réciproque des personnalités du P.S. Je ne m'étonne pas de ne pas avoir eu connaissance de l'opinion de Ségolène Royal sur le sujet. Elle ne doit pas approuver, comprenant bien que le T.S.S. est le ferment de cette tactique. Elle gagne peut-être à se taire.

Tous les quadras, quinquas, sexas, qui comptent au P.S. seront candidats à l'investiture. Cela fera du monde. Et les autres, les astres de la nébuleuse de gauche? Ils sont forcément invités, Besancenot, Mélenchon, Buffet, Cohn-Bendit. Les plus à gauche ont déjà dit qu'ils ne viendraient pas se faire compter par ceux qui ne sont pas de leur parti.

Mais la grande loterie séduira peut-être quelques personnalités discrètes de la mouvance de gauche, qui viendront remplir la salle d'attente des candidats au casting.

Le symptôme le plus grave de la maladie du P.S. c'est sa phobie d'un "leadership", de la fonction de chef de file de l'un d'entre eux. Il a presque unanimement accablé sa candidate de 2007, parce qu'elle avait échoué devant un Sarkozy porté par une grande armée en ordre de bataille. Mitterand n'avait pas réussi du premier coup. Les intervalles de sept ans ne le décourageaient pas, et il gardait la main sur l'organisation des alliances et l'élaboration des programmes. Sa coalition était constamment hétéroclite et traversée de forces centrifuges et de projets de trahison. Il a fini par lui donner une victoire.

Ce n'est pas que je souhaite qu'une personnalité de gauche renouvelle l'exploit. Mais c'est la méthode que je considère comme la seule bonne.

Sceptique

J'ai oublié Bayrou! C'est mon acte manqué du jour!

Note du 29/08/2009: Martine Aubry, Secrétaire Générale du Parti Socialiste, qui semblait subir l'agitation de son grand petit monde, a sifflé la fin de la récréation pour passe à la re-création. Comme elle se partage, logiquement, entre pragmatisme et "théorisme" son recadrage a plu(qu'ils disent!) à tous les turbulents, chacun ayant trouvé dans le discours de Martine Aubry, au moins de quoi rabattre le caquet... des autres.