L'intérêt d'une information "météo" qui dépasse les frontières de notre chère France, est de voir plus loin que le bout de son nez. Malgré le répit que nous connaissons depuis une dizaine de jours, avec en prime une tempête atlantique qui a fait, pas toute seule, les dégâts que l'on sait, je voyais bien que nos associés suédois et finlandais connaissaient toujours des températures glaciales (entre -5 et - 10) en milieu de journée, ce qui voulait dire -20, ou pire, la nuit.

Du coup, et, à force, l'information a fini par briser notre auto-censure, la mer Baltique est encombrée de glaces flottantes, et dans le passage rétréci ente la Suède et la Finlande, près de cinquante navires, dont plusieurs ferries sont bloqués. Les brise-glace ont été appelés à la rescousse. 

La bulle d'air qui surmonte ce point froid commence à s'écouler vers le sud, et nous allons connaître une nouvelle vague de froid et quelques chutes de neige en prime. Heureusement, les jardins rêvent moins que les jardiniers, et les bourgeons sont encore bien cachés. "Non, l'printemps n'est pas encore là!"

Il faut espérer que les cerveaux de nos responsables politiques ne seront pas trop engourdis, les empêchant de revoir leur copie.

Allez, un petit Cognac en début de Conseil des Ministres, ça peut aider! Mais après, pas de confidences aux journalistes, pas de conférences de presse....sur le trou d'ozone et l'effet de serre!

Sceptique