C'est la rentrée, politique autant que laborieuse et, bientôt, scolaire. Je n'ai pas été surpris de ce que le premier invité a été Jean-François Copé, Secrétaire Général de l'UMP, nécessaire courroie de transmission entre le gouvernement et le parti présidentiel. Il est aussi le "chef" de l'armée qu'il doit mobiliser et mettre en ordre de marche, dès que la campagne présidentielle devra commencer.

La première partie est consacrée aux mesures de rigueur annoncées par François Fillon, Premier Ministre. Les trois journalistes attaquent avec une virulence certaine, à la fois le catalogue des mesures, et leur insuffisance. "Croyez-vous en avoir fini avec la crise (avec "ça")", demandent-ils tour à tour?

"Bien sûr que non!", répond J.F. Copé, "nous ne sommes pas tranquilles, nous restons mobilisés. C'est un rendez-vous de vérité que d'avoir à réviser nos prévisions de croissance, de tenir le déficit, en réduisant les dépenses, en augmentant les recettes.

C'est pourquoi, ajoute-t-il, la proximité de la présidentielle est utile, elle permettra de discuter en profondeur avec les électeurs.

"Le rapport de l'Inspection des Finances sur les niches fiscales?"-"Les niches fiscales ont leur utilité. Elles visent à orienter l'épargne et l'investissement des contribuables vers des objectifs utiles. Comme Ministre du Budget, j'ai examiné le système, et conclu qu'il n'était pas possible de sabrer dans ces dispositions.

"La TVA à 5,5% pour la Restauration?"-"Je n'en étais pas partisan, mais maintenant qu'elle est acquise, il faudra en faire le bilan, avant de revenir sur la mesure. Le recul n'est pas suffisant. Il faudrait, d'une manière générale, fixer un délai de révision des niches fiscales dont la création parait nécessaire.

"La majoration de la TVA pour les parcs à thèmes?-"Elle peut compromettre certains investissements locaux. C'est une mesure qui sera examinée de près au cours du débat parlementaire consacré à l'ensemble."

"L"abattement de 10% sur les retraites....qui n'aurait plus de raison d'être?"-"C'est 10% de pouvoir d'achat...pensez-vous que c'est le moment de les sabrer? "

"La réduction d'impôts pour les emplois à domicile, et leur effet douteux sur le travail au noir?"-" Je ne vois pas comment on peut calculer cet effet. Ce que nous savons, c'est l'effet sur l'emploi et les ressources des diverses caisses (maladie-retraites-chômage-AT)."-"Il ne concerne que les riches!(10% des familles*)".

La réponse de J.F. Copé est globale:"La suppression des niches fiscales ne réglera pas les questions du déficit et de la dette." Il ajoute un propos sur "la justice" dont je n'ai pas saisi le sens avec certitude: y gagnerait-elle, y perdrait-elle?

"Et la niche Copé?" -"Ce n'est pas une niche! C'est le Président de la commission des finances de l'Assemblée Nationale qui l'a gratifiée de ce nom. C'est un alignement sur la fiscalité de nos voisins européens pour arrêter la fuite des sièges sociaux de nos grandes entreprises. Sans cette disposition, nous serions privés de certaines recettes.

"Les 35 heures? Êtes-vous décidés à les supprimer?"-"On ne pourra pas indéfiniment inscrire au budget plusieurs milliards (>10) pour compenser les 35 heures. "Nous" envisageons une révision négociée, branche par branche". C'est nécessaire , car la croissance doit reposer sur les exportations. Remuscler nos entreprises en améliorant leur compétitivité."

"La dette serait expliquée pour un tiers, seulement, par la crise."-"Non, c'est la baisse des recettes fiscales qui est la cause de son aggravation."

"La Règle d'Or: elle sera refusée par les partis d'opposition. Pourquoi vouloir prendre le risque d'un désaveu du Président en réunissant le Congrès?"

"Je"voudrais mettre chacun devant ses responsabilités. Le programme du P.S. est moins que jamais compatible avec une Règle d'Or. Il faut que ce soit dit, débattu, assumé. 

La deuxième demi-heure est consacrée à l'élection présidentielle. "Vous avez participé à une longue réunion (quatre heures) avec le Président. En avez-vous parlé?"-"Pas spécialement (???)....le sujet a été abordé, en fin de réunion.

"On vous reproche d'être trop à droite, de soutenir la Droite Populaire, un courant de l'UMP?"-"Nous avons toujours été opposés à toute alliance avec le Front National. Ce courant est composé de parlementaires tenant à certaines valeurs, mais qui n'ont aucun rapport avec celles du Front National."-"Ils ont cependant proposé un "Apéro Saucisson-Vin Rouge" qui a des relents d'exclusion, qui a été inventé par des groupes d'extrême droite."-"J'ai trouvé cette inatiative maladroite"-"l'avez-vous désapprouvée, déconseillée?"-"Non", j'ai pour principe la liberté d'opinion, l'ouverture du débat. Mais, c'est sûr, c'était maladroit.**"

"Les sondages sont très mauvais!"-"Certes! Mais on fait quoi? On abandonne, on ne présente pas de candidat?" (Un journaliste lui demande si Sarkozy a pris sa décision de se représenter?-"Si je le savais, je ne vous le dirais pas!").

"La réforme de la dépendance est remise à plus tard."-"Je le regrette, la marche des réformes ne devrait pas s'interrompre. Mais sur ce sujet, la conjoncture constitue un obstacle sérieux."

Sceptique

*Les autres aides à la personnes sont assurées par les départements, via les communes ou communautés de communes. Elles sont financées par les impôts locaux.

**Jean-François Copé doit être trop occupé pour observer l'activité "internet" des groupes d'extrême-droite. Il a manqué de vigilance....et d'information!