Aujourd'hui, à Paris, qui n'a pas son portable, du modèle le plus archaïque, simplement pour dire "OUTÉ?", ou le dernier modèle, qui permet de consulter les cours de la bourse, les dernières infos, ou faire une réussite, qui fait passer le temps d'un trajet en métro. Car, même dans le métro, dans les entrailles de Paris, votre portable fonctionne.

Pendant ce temps là, à la Mairie de Paris, des hommes et des femmes sont dans une douloureuse mélancolie. Cette manie du téléphone portable, dont le fonctionnement repose sur les ondes "hertziennes", constitue un gravissime danger pour les êtres humains de tous âges qui babillent à toute heure dans leur petite boite. Et les "ondes", c'est très dangereux. C'est l'OMS qui l'a dit, mais occupés par leurs bavardages, les junkies du portable n'ont rien entendu.

Pourtant, la preuve, c'est que tous les français qui ont écouté la BBC, dans les années 40, l'oreille collée à leur poste, sont morts. Si ce n'est pas une preuve de la nocivité des ondes!*

Je lis donc dans L'Express, version numérique (je suis, hélas, un drogué suicidaire, moi aussi), que la Mairie de Paris a décidé de ne pas laisser installer de nouvelles antennes relais sur les toits de Paris. Elle avait signé une convention avec les marchands de bla-bla-bla, comprenant deux "précautions", la puissance la plus faible possible, une garniture "paysagère" de chaque antenne, afin de ne pas offenser les yeux de ceux qui vivent sous les toits.

Seulement, qui dit faiblesse de l'émission, dit faiblesse du signal, et problèmes d'interruptions des conversations. Et qui reçoit les protestations des drogués en manque de "OUTÉ?" ? Les fournisseurs d'accès au mobile. Pas la Mairie de Paris!

Alors, ces derniers( des derniers!) se sont mis ensemble pour exiger une révision de cette charte, dans le sens d'une meilleure** fourniture d'ondes aux abonnés au portable (oui, monsieur, comme pour toutes les drogues, il faut payer!). En plus, ils ne voulaient plus faire les frais supplémentaires d'un décor pour les masquer. Bien encadré par sa Garde Verte***, le Maire de Paris n'a pas eu d'autre choix qu'un NON....de précaution.

Un NON contraire aux intérêts de toutes les parties, fournisseurs d'accès et usagers du portable, contraire, aussi, aux engagements de l'Association des Maires de France, dont celui de Paris est forcément le plus important.

Le Ministre en charge de l'Économie Numérique trouve la décision de la Mairie de Paris "précipitée et disproportionnée", mais d'une part il a l'énorme défaut d'avoir quitté la Gauche, son intelligence n'étant pas compatible avec cette appartenance, et, d'autre part, l'espoir d'extirper de l'esprit de chaque français les notions d'intérêt et de plaisir, a sa place dans les fourgons de l'opposition-qui-espère-devenir-la-majorité. Mais, chut, ne le répétez pas, c'est à l'insu de l'heureux candidat sélectionné!

Sceptique

*Il y a des survivants, dont moi-même, mais trop jeunes(à l'époque) pour avoir été admis à ces écoutes clandestines.

**une augmentation de la puissance d'émission, bien entendu (c'est le cas de le dire).

***Qui préférerait l'arrêt pur et simple du trafic. Ce sera pour plus tard!

Note du 30 Octobre 2011: Dans une autre affaire de conflit entre des communes et des fournisseurs d'accès au portable, le Conseil d'État a rappelé que l'installation des antennes relais de la téléphonie mobile et leur puissance de fonctionnement, étaient de la compétence de l'État, au travers de services constitués dans ce but. Le blocage de la Mairie de Paris devrait être levé.