Non, non, ce n'est pas le Larzac, disent-ils en choeur! Le Larzac, ajoutent-ils, c'était l'Armée, et derrière elle, l'État.

Et....son illégitimité? 

L'aéroport de Notre-Dame des Landes, ce sont les élus locaux qui en ont évalué l'intérêt pour la Région, en ont supputé la rupture de l'isolement du Grand Ouest et les retombées industrielles et économiques, l'ont voté, ont obtenu l'accord de l'État, les jugements de la justice, en faveur du projet.

Seulement, voilà, le civisme français n'est plus ce qu'il était. Il y avait quelques raisons de le relativiser. Le peuple peut se tromper, à 50,01% en choisissant "son" État, contraignant 49,99% des pauvres citoyens à subir l'erreur. Et l'État peut se tromper, et, cette fois là, contraindre la quasi totalité des citoyens à subir les effets de son erreur. Si vous lisez la totalité des avis formulés sur un projet de l'État, vous devriez arriver à une majorité écrasante d'avis négatifs.J'écrivais plus haut:"l'État peut se tromper". En fait, il ne peut que se tromper! Ce ne doit pas être sensiblement différent pour les projets élaborés à l'échelon territorial.

La démocratie engendre donc l'Erreur! Qui, à son tour, suscite des vocations de redresseurs de torts, de fabricants patentés de La Vérité. La Vérité étant absolue, éternelle, et irréfutable, l'Erreur, affreuse sécrétion de la démocratie, doit être combattue jusqu'à l'anéantissement.

C'est pourquoi, contre le nouveau Roissy qui doit se construire dans le bocage, s'est mobilisée une troupe sans armes, mais sans besoins, d'argent, de nourriture, de carburant. Leurs blindés, qui ne servent qu'à barrer les routes, utilisent l'eau claire comme carburant. Le Général Bové, vainqueur de l'État sur le Plateau du Larzac, est là pour dynamiser la troupe et conduire les manoeuvres.

Qui va gagner? Si on se réfère à l'Histoire, on voit bien qui. Je ne donne pas cher de ce projet. L'État nouveau, surpris par la résistance de cette place forte, a déjà amorcé un fléchissement. "Il" ne se voit pas guerroyer pendant cinq ans contre cette jacquerie. "Ils" lui demandent de se mettre à genoux et de faire acte de renoncement et de contrition pour avoir fait si peur aux paysans du coin. Le paiement de dommages de guerre est probable.

De quel État veut-on? Là est la question. Qu'il redistribue l'argent des "riches" fait l'unanimité moins...les riches(même pas tous!). Qu'il assure la sécurité, oui, aussi. Il y a peu de vocations à être volé ou assassiné. Qu'il instruise? Là, c'est l'État qui le croit. Je ne suis pas sûr que ce soit une exigence si populaire.

L'État-caisse, Oui! L'État-emmerdeur, Non!

Sceptique