Ces deux degrés virgule quatre, c'est l'augmentation.....en cinquante ans de la température observée dans une station scientifique établie au coeur du continent antarctique.

C'est le "scoop" qui occupe la page 7 ("Planète") du "Monde" daté du 26 Décembre 2012. Cette hausse, "spectaculaire", annonce une catastrophe: la fusion des glaces du continent antarctique et la hausse du niveau des mers conséquente, au....vingt-deuxième siècle!

Ne cherchez pas, dans cet article, la température relevée en 1958 au même endroit. Elle n'est nulle part mentionnée. Pour cause! Elle est, habituellement, de l'ordre de moins cinquante degrés centigrades*. 

Quelle différence d'effet sur l'état physique de la glace entre moins cinquante et moins quarante-sept degrés virgule six? À mon humble avis, RIEN !


Quel lecteur du "Monde" ne peut pas penser, qu'en l'occurrence, l'auteur de l'article se moque de lui, de son esprit critique, de sa capacité à comparer?

Je suis prêt à admettre un réchauffement du climat. À le mettre sur le dos de l'humanité, qui utilise sa maitrise du feu en toutes occasions.

Mais je me refuse à la condamner à mort pour ce fait, ou même aux camps** de concentration avec rééducation par la faim. 

Sceptique

*C'était la température la plus basse relevée dans le monde, indiquée par la Météo nationale....pour nous consoler d'avoir un peu de fraicheur.

**Chaque pays, chaque société devra organiser les siens, avec le même objectif, déshabituer les humains de la recherche du bien-être.

Note complémentaire du 27/12/2012: Une recherche sur Google montre que l'absence de toute température de référence à partir de laquelle cette hausse de 2°,4 est calculée, est le fait de l'équipe de scientifiques de l'Université de l'Ohio elle-même. On peut cependant reprocher aux équipes rédactionnelles de la quasi totalité des organes de presse de France d'avoir reproduit sans aucune réserve cette étude et ses commentaires alarmistes. J'ai envie de nommer cette unanimité "L'esprit de Bugarach".