C'est un "bon point" que je ne refuse pas à François Hollande. Il a eu l'humanité et la volonté de ramener en France tous les afghans qui ont aidé nos troupes en étant interprètes. Ce sont 160 personnes qui seront accueillies, logées, et employées. Une goutte d'eau à côté des milliers de réfugiés politiques, et des immigrés "économiques", dont beaucoup d'afghans,qui se faufilent à travers nos frontières. 

Il parait qu'il a du "se bagarrer" avec les ministères "concernés", pour obtenir la levée des obstacles mis en travers de son humanité. De leur côté, leur connaissance du français leur facilitera l'intégration dans notre société.

À l'occasion du voyage en Algérie du Président François Hollande, le douloureux souvenir de nos harkis abandonnés et massacrés, de ceux, sauvés par leurs officiers et ramenés en France contre la volonté de nos politiques et de leurs administrations, et pratiquement "internés" pendant leurs premières années de présence, nous a été rappelé. En même temps que la facilité avec laquelle nous mettons notre mouchoir sur notre honneur. Voilà au moins une rupture avec une de nos traditions*.

Sceptique

*Celle qui est traitée par le billet précédent se porte toujours bien.