Victorin Lurel, Ministre de l'Outremer, a été de corvée pour représenter la France aux obsèques de Hugo Chavez, le clone ( pas le clown, ah, non!) de Simon Bolivar, libérateur du Venezuéla. "On" a dit que le choix de ce Ministre tenait à ce qu'il était dans son fief de la Guadeloupe au moment de l'annonce officielle du décès d'Hogo Chavez. Ça faisait moins de sous à dépenser en ces temps de pingrerie, grande cause nationale. D'autres sussuraient, les affreux, que le dit Hugo Chavez n'était pas en odeur de sainteté à Paris, tant à l'Élysée qu'au Quai d'Orsay. Même mort, il ne méritait pas le déplacement d'un ministre de premier rang. 

Il ne devait pas y avoir beaucoup de citoyens français qui devaient savoir qui était le Ministre de l'Outremer, qui auraient été capables de le nommer. Victorin Lurel est entré de plain pied dans la renommée, en plaçant l'effigie du tribun sud-américain au sommet de l'Arc de Triomphe, ou de la Tour Eiffel, au choix. Il a dit:"Il faudrait beaucoup de dictateurs comme Hugo Chavez pour le bien de l'humanité!"

À bien réfléchir, il n'a pas tort! Hugo Chavez a fait le bonheur fugace de son petit peuple avec l'argent de son pétrole. La plupart des dictateurs gardent pour eux l'argent permis par le travail de leurs sujets ou par leurs puits de pétrole. Magnanime, Hugo Chavez gâtait ses électeurs, et ses bons amis, les Castro, dans une dèche pas possible. 

Alors, oui, des dictateurs qui joueraient les Tonton Cristobal, ça serait peut-être mieux que ceux qui ne connaissent que le gnouf ou la balle dans la nuque,  pour se faire respecter!

D'avoir osé le dire, en France, où nous n'avons, ni dictature, ni pétrole, ce qui fait que la mise à la diète du peuple français se fera "à mains nues", c'est remarquable.

Cerise sur le gâteau, Victorin Lurel entre du même coup dans le "Who-is-who" ! 

Sceptique