Le printemps finit par arriver, et la grande lessive va pouvoir commencer. Il était temps, le linge sale s'est accumulé. Les bonnes ménagères en font l'inventaire, et ce n'est pas triste. Tous des malpropres! 

On dit que les hommes sont sales, que sans les femmes, ce serait l'horreur. Pas du tout! Le maître de maison a pris très mal le devis du blanchisseur suisse. Il a remonté les bretelles de son majordome, qui a fait de même avec tout le personnel sous ses ordres. Et il a annoncé qu'il y aurait tous les matins une inspection de toutes les pièces de service de la maison: lingerie, cuisine, office. On l'a vu déambuler dans toute la maison, glissant un doigt sur tous les meubles, et inspectant la pulpe de son index après chaque passage.

Du coup, chacun veut jouer à l'oeil du maitre, au nez de son chien, et inspecte le collègue qu'il aime le moins. Au moindre relent, à la moindre tache, c'est la douche et le change complet. Presque tous les suspects protestent. Ils se sont récurés, et changés de pied en cap, comme chaque matin.

Pour être bien sûr qu'on ne lui ment pas, le patron, accompagné de son majordome, inspectera, en leur présence, les maisons de tous ses serviteurs. Les armoires à linge, dont les draps seront soulevés, à la recherche de billets de banque, nids à microbes réputés. Salles de bains, toilettes, cuisines et réfrigérateurs seront dûment vérifiés.

L'objectif, c'est de pouvoir manger par terre. Pouvoir seulement. Ce n'est qu'une image. Sainte.

Anti-Sceptique