La France honnête retient son souffle: "osera-t-il?"

Il, c'est Jérôme Cahuzac, le galeux*, par qui est arrivé le scandale. Comme aurait dit Jacques Villeret:"C'était pas un con....il avait un compte en Suisse!" Qu'il a renié bien plus que trois fois, ce qui n'a pas plu du tout au ciel.

Jérôme Cahuzac aggravait son cas d'être un élu du peuple. Celui de Villeneuve sur Lot, dont il était député-maire. À quoi s'était ajoutée une charge de Ministre, et pas des moindres, celle du budget, sous l'aile de celui des Finances. Il donnait, extérieurement, tous les signes d'une aptitude à la fois technique et morale à cette fonction. Même l'ancienne majorité, devenue l'opposition, avait pour lui les yeux de Chimène.

Les accusations d'une possession d'un compte parti de Suisse, dont il était natif(le compte), pour Singapour lieu d'exil encore plus discret, se faisant douloureusement pressantes, Jérôme Cahuzac se fendit d'une confession publique, peuplant subitement la majorité au pouvoir d'une foule de candides humiliés. À commencer par le Président de la République en personne. 

Je vous épargne les jeûnes, les séances de méditation, les confessions entre-soi qui tentèrent de ramener la blancheur dans les âmes. Il n'y avait plus aucun lien d'amitié qui tienne. 

L'ex-Ministre, toujours député-maire en droit, fut prié de ne pas insister, de démissionner, pour permettre une nouvelle élection.

Cette perspective ouvrit les appétits de tous, à commencer par les opposants, prêts à ramasser les votes-sanction que les premiers exploits de la nouvelle majorité avait sûrement fait germer. Le parti socialiste, première victime, avait dégotté un successeur, pas vraiment charismatique, mais baptisé et confirmé dans la vraie religion.

"On L'a vu!" "Il" est allé sur le marché de Villeneuve-sur-Lot, et "on" lui a serré la main, "on" lui a fait des sourires, et "Il"les a rendus. Alerte générale! Si Ganelon se présente, combien de voix affectueuses se porteront sur lui? L'impétrant désigné n'a pas tardé à crier sa douleur. Des voix pour Cahuzac, c'est autant de moins pour lui. Et un troisième larron peut s'emparer du précieux siège, confirmant le désaveu promis à toute majorité en France, dès le lendemain d'une élection.

Ségolène Royal, sur TF1, Jean-Vincent Placé, au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, ont exprimé leur désapprobation. Mais hélas, Jérôme Cahuzac n'est pas encore condamné, est encore éligible. Et les électeurs de Villeneuve-sur-Lot pas encore démissionnés**.

Le mieux qu'on puisse souhaiter à François Hollande, à son gouvernement, et à sa majorité, c'est que le siège ne soit perdu qu'au profit d'un opposant discret. Une réelection de Jérôme Cahuzac serait une claque dont on verrait la fumée jusqu'à Pampérigousse!

Sceptique

*"pelé" ne peut convenir à un spécialiste de l'implant capillaire.

**"Le peuple a mal voté, qu'on démissionne le peuple!" Berthold Brecht (La résistible ascension d'Arturo Ui ?)