Le GIEC, alias Groupement International d'Études Climatiques, vient de rendre son rapport, alarmiste, et accompagné du battage médiatique que toute alarme mérite de nos jours.

Le principal argument, en faveur de l'apocalypse, c'est la fonte plus marquée des glaces de mer de l'Arctique pendant la période de l'été, de Juin à Septembre. Cette fusion des glaces permet l'utilisation du Passage du Nord-Est (dont l'intérêt, théorique, est apparu aux navigateurs dès le 16ème siècle ) qui longe la côte de la Sibérie, de la Nouvelle-Zemble au détroit de Behring. Les cargos doivent encore être escortés par les brise-glaces russes. Mais les armateurs se frottent les mains à l'idée d'un réchauffement suffisant qui leur permettrait de se passer de ces escortes. Le Passage du Nord-Ouest n'est toujours pas franchissable d'une seule traite. Son début à partir du Groënland a permis un voyage touristique qui a fait saliver.

Ces faits, convenablement moulinés par les ordinateurs du GIEC nous prédisent la fin de notre monde pour la fin du siècle: près de 5 degrés d'augmentation de la température moyenne. Pas loin d'un mètre de hausse du niveau des mers et océans. Ce sont les maximums, mais tellement plus croustillants!*

Je ne pense pas habiter dans une région exceptionnelle, destinée à être un ilôt paradisiaque au milieu de l'enfer. Elle a vu une série d'hivers doux, perturbant la végétation**, autour des années 1990-2000. Les années suivantes ont été marquées par un retour des conditions "normales" pour la latitude et la distance de la côte de la Manche. Et les dernières ont été franchement froides, humides, enneigées, gelées. Ce qui n'a pas été sans effet sur la vie des arbres et leur fructification. La pluviométrie, de nouveau très régulière, a rendu inutiles, cet été, les réserves d'eau que j'ai installées dans mon jardin. Il est fréquent qu'à la plainte d'un quidam, motivée par le froid, incongru, qu'il fait, je puisse répondre par une plaisanterie:"c'est le réchauffement climatique!"

Je peux admettre que le "micro-climat" de la Picardie soit trompeur, et qu'elle ne perd rien pour attendre. Mais, par contre, je ne peux absolument pas croire que les peuples qui constituent l'humanité accepteront la régression qui leur est demandée pour enrayer le réchauffement d'origine anthropique. Ce ne sera jamais bon que pour les autres. Et les autres penseront la même chose. Ce qui fait, que comme aujourd'hui, personne ne fera rien, sauf de s'accommoder des changements climatiques. La limite nord de la culture de la vigne est déjà remontée un peu. Celle de l'ananas suivra.

Il n'y a que les français qui semblent, j'insiste bien, qui "semblent", disposés à revenir, disons, à l'occupation par les allemands, de 1940 à 1944. Mais je n'en crois rien, car je ne vois rien qui l'annonce dans le comportement de mes semblables de tous âges. Et je n'ai pas entendu dire qu'il y avait des mouvements de foule vers les deux laboratoires de la vie spartiate que sont le Larzac et Notre-Dame des Landes. Si les français se retrouvent à la diète à la fin du siècle, ce sera parce qu'on les y aura forcés***.

Alors, que se passera-t-il, en France et dans le monde, en 2100? Je n'en serai pas témoin, "fantôme sans os, par les ombres myrteux". Mais l'homme ne devrait pas être différent de celui d'aujourd'hui, c'est à dire "pas triste"! 2013 sera leur "bon-vieux-temps"!

Sceptique

*Aspect d'une préparation qui ne peut être obtenu que par un four chaud.

**À la suite d'un hiver particulièrement doux, mon mirabellier ne fructifia que sur sa moitié Nord!

***Il n'y a qu'un totalitarisme particulièrement efficace, comme celui de la Corée du Nord, qui pourra y parvenir.