03 avril 2014

"APOCALYPSE NOW", 2

La violence des phénomènes météorologiques de l'été 2013, celle des tempêtes atlantiques de l'hiver 2013-2014, la douceur, oubliée, du même hiver, et un printemps précoce, semblent avoir remis en selle le discours catastrophiste du GIEC, ses prédictions apocalyptiques.  Plus aucune variabilité "naturelle" du climat n'est maintenant admise. Toute variation d'une ampleur propre à frapper les esprits, à se graver dans les mémoires, est portée au compte de la présence humaine, de sa voracité multiforme. Et c'est évidemment le moment... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 07:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]