L’OTAN, ses composantes, les Etats-Unis, l’Union Européenne, la Turquie, j’en oublie peut-être, continuent d’être confrontés à une Russie, et son « chef » Vladimir Poutine, sous la forme d’une guerre froide, faite d’une annexion de la Crimée, partie de l’Ukraine reconnue par l’Union Soviétique, et d’une agitation orchestrée des éléments russophones de l’Est de l’Ukraine, prétendant que le régime installé à Kiev à la suite d’une agitation populaire, serait de nature « fasciste ».

Ce qui motive mon titre, c’est le choix par le maitre du jeu, du système de défense illustré par la fable : le plus fort se pose en victime, ou en protecteur des prétendues victimes des « fascistes » ukrainiens.

Plus personne ne doute, maintenant, que Poutine veut la reconstitution de l’Union Soviétique, elle-même héritière de l’Empire tsariste. Le « Monde » du 11 Avril 20214 remplit ses pages « Débats »(20 et 21).

Tout naturellement, les commentaires se partagent entre faucons et colombes, entre partisans d’une résistance, et d’autres, d’une résignation pragmatique.

Les seconds ont pour eux l’argument que l’Occident n’est pas prêt à une épreuve de force, tandis que les premiers se rappellent qu’une position de faiblesse ne peut qu’encourager le rival qui veut obtenir par la force ce qu’il ne peut avoir par le droit. Le monde « libre » se retrouve dans une situation proche de celle de 1938. « On » connaît la suite. La différence se situe dans la présence américaine, qui n’est pas à son plus haut niveau, mais dont la puissance actuelle a encore de quoi faire réfléchir le Maitre du Kremlin.

Tout indique qu’il continue à bluffer, et, pour faire relâcher sa pression sur l’Ukraine, il faudra, d’urgence, muscler la défense du front européen, au contact de la menace russe. Nos actes dans ce sens auront plus de poids que les sanctions économiques ou celles touchant des personnalités de l’entourage de Vladimir Poutine. 

Sceptique

*J’ai été abasourdi par la prise de position de Marine Le Pen, Présidente du Front National, volant au secours du satrape moscovite. La pensée politique réunit des logiques curieuses !