La nouvelle est tombée ce matin. Un "très-suspect", probable auteur des crimes terroristes au musée juif de Bruxelles, a été arrêté Vendredi à Marseille, possible porte de sortie de l'Europe pour lui*.

C'était un homme connu de la DGSI**, délinquant récidiviste, et repéré comme ayant fait un séjour en Syrie. Il est vraisemblable que tous les agents de surveillance des frontières avaient son signalement. La police est bien faite, mais pas bavarde.

C'est, bien sûr, l'ennemi N°1 du djihadisme, Israël, qui était visé par l'attentat de Bruxelles. Les communautés juives d'Europe servent de cibles plus faciles, et les attentats réussis reçoivent plus de publicité.

Contrairement à l'avis de Monsieur Cuckierman, la France, par le moyen d'une police spécialisée, vigilante et efficace, est en guerre contre ce terrorisme depuis des années. Il y a plus d'arrestations préventives, grâce à la surveillance des suspects, que d'actions policières après passage à l'acte, qui sont spectaculaires, mais rares.

C'est la meilleure manière. Le terrorisme ne peut pas être réduit à zéro sans une longue lutte minutieuse et obstinée, mettant hors d'état de nuire les hommes déterminés dans leur projet. On l'a vu avec l'ETA, qui a fini par annoncer son renoncement. Celle menée contre le terrorisme djihadiste n'a pas encore la même ancienneté. Mais elle suffit à réduire les intentions d'attentats à quelques coups d'épingle qui ne sont même plus annuels. Aucune comparaison n'est possible avec les pays du moyen orient ou de l'orient, qui subissent entre dix et cent morts par jour, ou plus, du fait d'un terrorisme massivement impuni.

Le monde occidental a l'obligation, dictée par ses valeurs, de distinguer ce fanatisme qui ne rêve que de sang, de la masse pieuse d'immigrés en provenance de pays musulmans. Il y parvient dans une large mesure. Sa dignité arrive à faire honte à des pouvoirs qui couvrent ordinairement la barbarie de leurs religieux. Le Soudan vient d'en donner un signe en annulant une condamnation à mort d'une femme***.

N'importe quelle nation démocratique qui voudrait baisser la garde serait rappelée à l'ordre rapidement, sous forme d'un attentat. La sécurité réelle régnant sur toute l'Union Européenne témoigne de sa sagesse.

Note du 2 Juin 2014: Le Figaro pointe la défaillance de la DGSI dans la prévention de l'acte de Mehdi Nemmouche, et parle de contrôle fortuit à l'origine de son arrestation. L'acte a été préparé et commis en Belgique, qui n'est pas dans le champ de compétence de notre DSGSI. L'homme avait un révolver sur lui. Il semble étonnant qu'il ait laissé faire les douaniers sans utiliser son arme pour fuir ou même, simplement décampé après avoir bousculé les gabelous trop curieux. Il a du "être serré". J'ai donc quelques doutes sur la version douce de son arrestation. La police affectée à cette lutte n'a pas intérêt à dire ce qu'elle sait, à faire deviner l'ampleur et l'efficacité de ses moyens.

Sceptique

*La police, disait-on il y a moins d'une heure, voudrait connaitre ses intentions, puisqu'il ne s'est pas séparé de ses armes.

**Nouveau nom, "épuré", de la DCRI créée par Sarkozy. Mais son personnel est resté le même, et les politiques ont mis un mouchoir sur leurs illusions.

***Information en partie démentie depuis. Mais si les autorités soudanaises tiennent aux formes, je serais étonné qu'elles nuisent à leur image en laissant exécuter cette femme, qui se veut chrétienne.