C'est le titre en première page de la Lettre du Figaro(.fr) de ce matin. Il confirme le discours très ferme de Manuel Valls, d'hier matin. Il était temps que toute illusion soit dissipée, du côté du gouvernement. S'il tient bon sur le non paiement des jours de grève, inauguré par le quinquennat précédent de....(un prénom et un nom censurés) celle des grévistes ne pourra que suivre, et il n'y a plus lieu de leur faire des "mimis".

Le mouvement des intermittents du spectacle, tout aussi déraisonnable et inacceptable, s'essouffle aussi, ne fait plus peur aux accrocs des festivals, et fait fondre le fond de sympathie dont cette profession bénéficiait.

Les rapports de force, qui paraissent à certains plus profitables, ou, sûrement, à plus court terme, que les rapports de droit, se retournent toujours contre ceux qui en abusent.

Démocratie et foire d'empoigne ne peuvent former un couple.

Sceptique