28 janvier 2015

VENTS D'EST.

"Ils" sont deux, maintenant. Au premier, soufflant sur le nord de l'Europe, portant les mauvaises humeurs de Vladimir Poutine, tracassin obstiné d'un Occident qu'il déteste, étrangleur d'une Ukraine insoumise, s'ajoute maintenant celui qui souffle de Grèce, moins froid, mais aussi sec.  Le premier, le poutinien, présente l'étrangeté de faire frissonner de plaisir notre extrême-droite, qui reconnait dans le souffleur "l'homme à poigne" dont elle rêve, à la justice expéditive, à l'allergie aux contestataires, aux discutailleurs, à... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 21:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]