À la soviétique, bien sûr. La nationalisation de tous les commerces alimentaires s'impose.

En effet, l'existence de surplus, devenant, dès qu'il s'agit de produits frais, inconsommables, est la conséquence de la conduite séductrice des commerçants libéraux: garantir, entre les heures d'ouverture et de fermeture, une offre complète à tous les clients, y compris les retardataires. Presque tous font même,une à deux fois par semaine, des nocturnes. Surtout à proximité des grandes villes. Où, pourtant, on trouve des "dépanneurs", d'origine Mozabite, qui restent ouverts jusqu'à minuit.

On voit mal comment ce comportement aberrant, au service exclusif de l'homme, pourrait être compatible avec la sobriété de la consommation.

Obliger ces commerces à remettre quotidiennement, et gratuitement*, entre les mains de représentants de l'État, ou de leurs délégués désignés, les périssables invendus du jour, n'a pas eu les honneurs du Conseil d'État. Le lobby des commerçants a-t-il pesé de tout son poids?

Du coup, Madame la Ministre de l'Environnement, promotrice du don forcé, s'est tournée vers l'arme de la séduction: recevoir dignement les VIP de la profession, faire appel à leur coeur, vanter la noblesse du geste, et annoncer la fondation de la décoration spécifique (j'espère!).

Les invités ont déjà rappelé ce qu'il faisaient pour recycler leurs produits devenus invendables selon les critères des lois existantes**. Je crains qu'ils fassent valoir les coûts de gestion d'un effort supplémentaire. La concurrence avec les semblables reposant sur les prix affichés, tout surcoût crée une distorsion de concurrence.

Ce dernier concept constitue la pièce maitresse de l'économie de ce que j'appelle toujours le monde libre. Libéral serait trop fort. En particulier pour définir notre pratique.

Confier à l'appareil d'état cette fonction aurait des conséquences rapides: le transfert créerait de nouveaux emplois publics, les plus appréciés, et rendrait moins obsessionnelle la préoccupation de la clientèle, de ses besoins, de ses désirs. Le peuple soviétique n'y a-t-il pas survécu?

Sceptique

*"Ils" seraient en droit de déduire la TVA due sur ces non-ventes.

**Toutes basées sur les risques sanitaires des produits périssables. L'État est une forme particulière de SARL (société à responsabilité limitée). Le commerce étatisé ne pourrait être poursuivi. D'ici à Mai 2017, un test général pourrait enrichir l'argumentation.