Le cheval fut sûrement la plus belle conquête de l'homme, et fait encore l'objet d'un amour sincère et stable, dans sa jeunesse, au moins. Mais la "bagnole"...a conquis l'homme, le possède, le fait baver de désir, lui fait faire n'importe quoi.

C'est une drogue, et comme telle, elle est l'objet d'une lutte anti-drogue. Normal! Et ceux qui la fabriquent et la vendent, à grand renfort de publicité, car la concurrence est rude, se sont faits dealers.

Cette lutte anti-drogue a plusieurs cibles.

Celle de la dangerosité sur les routes, réelle et constante. Car shootés par leur engin, les hommes roulent à une vitesse proportionnelle au prix de leur voiture*. Normal! De temps en temps, l'over-dose les envoie dans le décor, rarement en carton. Ça fait des morts et des blessés, qu'il faut ramasser, enterrer, ou soigner. Ce sont les gendarmes et les ambulanciers qui ont en charge cette première lutte.

La seconde est leur stationnement. Comme les cavaliers d'autrefois, les automobilistes ne peuvent pas aller partout avec leur voiture. Et il n'y a pas une place pour toutes dans une ville très fréquentée. Pour que les autres puissent circuler, pour que les piétons puissent utiliser les trottoirs, il ne faut pas que les voitures s'y installent. Les "contractuel(les) leur font la chasse, les verbalisent, demandent leur enlèvement. Cher, et "pas marrant"!

La troisième, de découverte plus récente, mais de nocivité proportionnelle au nombre et aux conditions de circulation, est la pollution. Les gaz et les particules formés par la combustion des carburants, attaquent les voies respiratoires de ceux qui les respirent. Les petits enfants y sont particulièrement sensibles. Les adultes aussi, mais un peu moins. Une grève de la SNCF aggrave nettement la situation. Heureusement, elles se raréfient et ne sont plus totales.

Même sans grève des trains, le problème est devenu sérieux. Les constructeurs sont contraints à des normes, et ont avantage à améliorer les performances de leurs moteurs, surtout des "diésel", utilisant un carburant grossier, laissant beaucoup de résidu solide, formant des particules en suspension dans l'air. Or il est très utilisé, car moins cher, et fournissant plus d'énergie. Les utilisateurs professionnels, taxis, livreurs, et artisans, ne jurent que par Lui. Pour autant, ça ne leur est pas pardonné.

Le plus gros dealer de bagnoles, en Europe, au moins, dont les initiales sont VW, avait mis au point un système, informatique, permettant de contenir la production de polluants à un niveau très honorable, dans les conditions du contrôle, valables pour tous les modèles présentés pour homologation. Mais, bien entendu, ce dispositif ne fonctionnait pas dans les conditions normales de l'usage du véhicule. Il semblerait que personne n'était dupe dans la profession, que la pollution réelle produite par toutes les voitures, dans les conditions "normales" d'utilisation, est nettement supérieure à celle mesurée sur le banc d'essai. La façon d'y parvenir est variable, mais a un minimum d'efficacité.

Toujours est-il que des petits curieux, clients de VW aux États-Unis, sont allés voir de plus près, et ont constaté le décalage important entre les annonces et la réalité. Ils ont soupçonné une fraude du constructeur, qui a été obligé de l'avouer. SHAME! se sont exclamés les américains, encore plus furieux de s'être fait rouler par un non-américain. L'amende qui pend au nez de VW sera autant de moins qui pourra récompenser les actionnaires de la firme. L'accident boursier n'a pas fait de morts, mais fait mal quand même. Et la réputation? Et bien, tant d'intelligence fait jubiler, en France, en tout cas, et selon certaines informations, des commandes fermes ont été conclues** après l'annonce du scandale!

La qualité compte aussi en matière de drogues.

Sceptique

*"Ils" peuvent, aussi, payer des amendes, sans se ruiner.

**Signées des deux mains, j'imagine!