Il a participé à la primaire de la gauche en 2011, son score a été modeste (5%), mais il s'est trouvé très vite à la tête du gouvernement, où il a fait de son mieux, mais pas plus que ce que définit la constitution.

La fin désastreuse du quinquennat ne l'entraine pas complètement dans le gouffre, mais le désaveu est total, global, et les chances d'un homme de gauche, même modéré et pragmatique, sont trop insuffisantes pour les risquer. Les canditatures ne peuvent être le fait que de négationistes*.

Il y aura une alternance, qui permettra à la gauche de se faire oublier, et à réparer les dommages qu'elle subira encore. Je ne vois pas ce qu'il fera dans la galère mise à l'eau par la gauche en Janvier prochain. Si elle coule, il aura bonne mine!

Il faut être courageux, téméraire, même, pour être un "homme politique". Mais il y a des moments, dans leur carrière, où "ils rêvent". Cela semble le cas de Manuel Valls, actuellement.

Il aura intérêt, pour conclure, à laisser passer cette échéance-ci. Èvidemment, si le probable Président de droite, François Fillon, réussit tout ou partie de son projet de redressement, et peut rempiler, en 2022, en 2027**, le quinquennat de François Hollande aura été oublié, et le désir de changement complètement rechargé.

Personnellement, "fantôme sans os par les ombres myrteux", mon avis ne pèsera pas..

Sceptique

*Ceux qui sont à la fois insatisfaits par Hollande, mais toujours satisfaits d'eux-mêmes.

**En 2027, François Fillon ne pourra, de toute façon, se représenter, et la gauche se sera refait une beauté.