27 décembre 2016

'EMMANUEL MACRON (SUITE)

Qui en reparle? François Fillon, qui le perçoit comme un rival, grignotant sur sa gauche un électorat, sa partie la plus jeune. Et ses rivaux de gauche, ceux qui se soumettent à la primaire, ce que lui, "échaudé", refuse*. Il y oppose l'argument, qu'il n'est "ni de gauche, ni de droite". Son cas est, aussi, repris régulièrement par les journalistes politiques, qui l'ont à l'oeil, qui ne veulent pas être en retard d'une analyse. L'ambivalence à son égard ne faiblit pas. La fascination qu'il exerce se fait au détriment des politiques... [Lire la suite]
Posté par Sceptique à 04:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]