Vous auriez fait le Président Trump, aux USA, et vos agents s'en vantent, au point de se faire virer(de leur job américain).

Mais vous n'avez pas empêché le coup de poignard dans le dos de François Fillon, qui promettait une meilleure entente avec vous, et une levée des sanctions que vos manières en Ukraine vous ont values. Vous ne nous ferez pas croire que vos services n'étaient pas au courant du complot. Vous auriez pu en toucher un mot au commanditaire.

Tout sentiment étant réciproque, vous ne sauriez bouder Marine Le Pen, qui vous porte dans son coeur et vous place aux nues. Vos banques ont pour elle les mêmes sentiments. Je ne pense pas qu'elle ait eu besoin de votre aide pour que le meilleur score lui soit promis au premier tour. Mais au second, il faudra peut-être bourrer  des urnes, et il y a longtemps que nous ne savons plus faire!

Le doux rêveur Benoît Hamon ne semble pas vous exciter. Ce n'est pas comme ça que vous voyez un chef d'état. Pas par intérêt, mais par principe.

Est-ce pour une raison voisine que les mauvaises langues qui sont à votre service déversent des doutes sur le chouchou d'un nombre croissant de français,  Emmanuel Macron? 

Peut-être le trouvez-vous trop trop gentil, de trop bonnes manières, formées à l'ENA, pas chez les Paras. C'était bon pour le Papa Le Pen. C'est fini et passé de mode. Vous n'êtes pas le seul à le regretter!

Mais de là à laisser répandre des doutes sur sa vie privée, parce qu'il ne marche pas comme un soldat sur les Champs Élysées, le bras droit bien vertical, prêt à défourailler*, ce n'est pas sympa. S'il y a une chose que nous savons, c'est qu'il ne se dit rien chez vous que vous n'ayez permis!

Éclairez-nous, Seigneur Poutine, arrachez-nous à notre atavisme d'erreurs systématiques. Nous n'avons pas encore trouvé le bon Président, comme l'a réussi votre peuple!

Sceptique, Chargé de Mission auprès de Vous. 

*Verbe argotique:"sortir le révolver". Signe de reconnaissance des membres du KGB?**

**Voir mon billet "Quand Vladimir Poutine excite la curiosité des médecins."