C'est "une brève", une information lancée sur le "web", en direction de ses "accrocs". La FCPE, association de parents d'élèves, s'alarme d'une pratique, maintenue par quelques rares familles, les "devoirs à la maison"

Rassurons-nous, le terme de "devoirs" est maintenant obsolète. L'Éducation Nationale les a retirés de son outillage. Mais il semblerait que des familles, soucieuses de la réussite scolaire de leurs enfants, leur demandent, entre les quatre murs du domicile familial, de faire des "devoirs",écrits, sur les sujets vus en classe. Devoirs "épluchés" par les parents, et commentés, sous forme d'approbations ou de critiques.

Il en résulterait, selon les froncements de sourcil des gardiens de la vertu républicaine, un avantage quantitatif et qualitatif de la connaissance. Un plus, qui se répercuterait sur l'évaluation que fait (encore) l'école publique. Une inégalité, l'horreur absolue.

Leur problème, qui sait? L'absence, dans l'état actuel de nos lois, du droit de confisquer les enfants de parents de peu d'esprit républicain (en la matière).

La FCPE, il faut le préciser, a été fondée par des parents enseignants, à double casquette, comme on dit, et toujours aux manettes de cette association, qui défend naturellement les méthodes, et les résultats, de l'Éducation Nationale. Les meilleurs résultats, il faut le souligner, sont en grande partie assurés par les familles....d'enseignants!

"Elles" n'abandonnent pas leur progéniture aux seuls soins des collègues qui l'ont en charge. Il peut arriver qu'un ,ou une enseignant(e) ait un de ses enfants dans sa classe, pendant un an. "Il", ou "elle", a intérêt à tenir son rang.

Les rodomontades de la FCPE ne concernent donc que les familles simplement zélées, ou possiblement méfiantes. Les médias et les politiques (de droite) disent tellement de mal de l'école publique!

L'école publique, laïque, gratuite, et obligatoire, a créé, en France, et sûrement ailleurs, l'égalité des chances*. Libre à chacun, ou chacune, de s'en saisir au mieux.

Les "mauvais parents" qui en rajoutent, sont ceux qui ont bien compris cet effet sur le destin de leurs enfants. Au lieu d'en être flattés, les enseignants de la FCPE s'en formalisent. Bizarre, bizarre!

Les "mauvais parents" sont bien passés entre leurs mains (simple métaphore de nos jours).

Sceptique

*Le destin de ma famille, d'origine nordique et rurale, a été bouleversé par un arrière-grand-père...instituteur. Ses nombreux fils ont tous fait des études dites supérieures, à cette époque. On peut en déduire qu'il avait été exigeant.