Trois hommes qui s'attaquent, au couteau, aux passants, aux consommateurs des bars, six morts et autant de blessés, et trois morts de plus, les terroristes, abattus par les cops alertés, et maintenant implacables.

Après l'attentat-suicide de Manchester, suivi d'une vague d'arrestations de complices, les agresseurs de Londres peuvent être qualifiés de "kamikazes", et on sait ce qu'ont signifié ces actions suicides, pour l'armée japonaise, la mise en actes d'un désespoir motivé.

Je pense qu'il est utile de rappeler la prise de conscience de la vanité d'un combat, à l'origine de l'usage de ces sacrifices, non plus aléatoires, mais voulus. Ne pas survivre à la défaite.

Contre une Europe arrachée à sa béatitude, les actes terroristes baissent en rendement, et leurs auteurs ne sont plus jamais réutilisables. 

Leurs commanditaires consolent leurs familles en ressassant leur arrivée au Paradis, mais n'y croient sûrement plus eux mêmes. Aucun, jusqu'à ce jour, n'est monté au front remplacer les morts.

Multiplier les actes, pour donner l'illusion de réserves inépuisables, va rencontrer sa limite. La vigilance que nous nous imposons est saine. Mais on peut supputer que les effectifs des terroristes ne se reconstituront pas.

On a critiqué les anglais d'avoir laissé se constituer un communautarisme. Mais, finalement, il ne s'y forme pas beaucoup de volontaires pour le djihad.

L'aventure djihadiste pourrait avoir comme effet positif d'accélérer les processus individuels d'intégration, de participation libre à sa vie sociale, sous toutes ses formes.

Sceptique

Note du 4 Juin à 15h30: Je viens d'entendre Alain Finkielkraut réaffirmer que la religion islamique s'est crispée dans une position de résistance absolue à la subversion par la société moderne, laïque. Je ressens de la même façon cet absolutisme, devenu anachronique, déphasé. Il appelle notre propre résistance, attendue autant par les musulmans critiques, que par les habitants de notre monde libre. Où rien ne pourrait être obligatoire, hormis le respect de l'autre, limite, éthique, de notre liberté.                                                                       Cette guerre "sainte", qui est menée contre la menace que serait notre civilisation, devra être perdue par les hommes qui la servent. Il nous appartient de....Raison garder.