L'accalmie n'est pas seulement dans le ciel, bleu et brûlant après quelques bonnes averses. Elle est aussi dans la vie sociale. Il y a encore, aujourd'hui et dimanche prochain, deux tours d'élections législatives, dont on attend beaucoup et pas de surprise, tout à la fois.

Le Président Macron,pour le moment, "fait le président" très dignement, et noblement. Bien que m'interrogeant sur l'avenir de notre manie mémorielle, qui nous sert de lubrifiant, ce qui est bien utile, je l'écoute.

Il a été admirable à Oradour sur Glane, je ne vois pas quoi dire de plus. Il me parait difficile de faire aussi bien dans le futur. Dans un an, à se coltiner la réalité française, que restera-t-il de sa bonne humeur, première cible des esprits chagrins?

Les retraités, dit-on, devraient être vent debout contre ses intentions. Mais je me considère comme n'ayant pas à me plaindre de la société. J'ai davantage de contentieux avec ma carcasse, mais ce n'est pas politique.

Je suis donc un Français content, et c'est un scandale qu'il ne faut pas étaler. Ça ne vaut pas le coup d'une chronique. Je ne vais pas faire un billet chaque jour pour le principe. Mais, promis, si ça barde quelque part, dans l'hexagone, surtout, j'en causerai. 

Quant à l'international, j'ai remarqué qu'il n'intéressait pas grand monde en dehors de moi, bien qu'une partie de nos ennuis en provienne? J'essaierai de me contrôler.

À plus, donc, selon que l'actualité sera généreuse ou avare!

Sceptique