Je réagis à la violence qui environne le G20 de Hambourg, où les casseurs "alter mondialistes" se déchainent, au point qu'on redoute un ou des cas de mort violente, de part, ou d'autre, manifestant ou policier.

Si je comprends bien, ces CAM, non seulement contestent la légitimité des divers gouvernants, quel que soit leur mode de désignation, mais affirment la leur, par auto-proclamation, "nécessaire et suffisante".

C'est bien sûr une impasse. Le refus de reconnaissance sera définitivement réciproque. La pression de l'attaque augmentera, seule chance pour les attaquants de rompre la, ou les, défenses des pouvoirs mondiaux désignés par leurs mandants comme légitimes. Le combat jusquà la fin, entre les forces de l'ordre, et celles  du désordre, aura pour effet d'en masquer les enjeux et les résultats pour les peuples concernés. Habitués à ce fossé infranchissable, ou à un mur, ils n'en seront pas malheureux, et ne prendront pas la mesure du manque de respect dont ils auront été victimes.

Je ne vois comme solution possible, que le choix d'un lieu de conférences mondial, "normalement" inaccessible, par un moyen routier, maritime, ou aérien.

Une île possède déjà une défense naturelle qui peut être conséquente. Un aéroport capable de recevoir les modèles d'avions favoris des "grands" chefs d'État, est peu probable. Reste le port maritime, qui doit être assez modeste pour qu'un navire intrus  soit facilement repéré et convoyé vers la haute mer.

Je n'ai pas un épais catalogue en tête. L'Île de Sainte Hélène, qui mit le monde à l'abri de l'Ogre dans les années 1820, était déjà, à l'époque, bien choisi. Les pélerinages des passionnés de Napoléon ont favorisé la présence d'hôtels non luxueux, mais chargés d'histoire.

Le port ne permet pas l'accès des grand paquebots d'aujourd'hui. Un petit aéroport, y a été construit. Mais son usage a été estimé trop acrobatique. Il ne sert donc à rien.

Les chefs d'état en recherche d'un lieu de réunion, pourraient s'en faire rapprocher par une unité de tonnage moyen de leur flotte militaire, et s'y faire transporter par hélicoptère.

Je ne doute pas du succès de cette proposition dans la population de l'Île, qui s'ennuie forcément, et je ne revendique aucune royaltie pour y avoir pensé. Et je ne serai pas jaloux de l'auteur d'une meilleure proposition, si elle garantit aussi bien la tranquillité des congressistes.

Sceptique