Je ne pouvais l'ignorer dès ce matin, car la presse en ligne québécoise la mentionnait, mais j'ai rencontré des problèmes avec mon hébergeur, terminés à cette heure.

Donc, ce matin, la presse parlée hurlait de plaisir. Ayant perdu dix points de popularité, le Président Emmanuel Macron payait tout le mal qu'il avait fait à la pauvre France que nous sommes. À commencer par la réduction de l'Aide Personnalisée au Logement, dont bénéficient les impécunieux et les étudiants (a priori). Cinq euros. Environ dix cigarettes au prochain tarif...anti-tabac.

Deux mois et demi après l'élection présidentielle, un peu moins après la prise de fonctions, un mois après la désignation des députés, ce n'est pas vraiment surprenant. J'ai souvent soutenu que pour avoir un Président bien frais, il ne fallait pas dépasser un délai de péremption de deux semaines!

Il a encore une majorité de 55%, mais la pente est raide, et demain, il pourrait passer en dessous de 50%.

C'est tellement prévisible que les rédacteurs de notre constitution ont précisé que ce passage au dessous des 50% ne pouvait entrainer l'annulation de l'élection. Sage précaution en France!

De quoi est faite cette baisse? Du réveil des sondeurs, d'abord, mis au repos bien gagné après les quatre campagnes (Présidentielle 1 et 2, législatives 1 et 2). Ensuite, les promesses du Président, la préparation de leur mise en actes, et la mobilisation des opposants, rejoignant ceux qui sont d'active. 

L'avantage de cette armée là, c'est qu'elle est volontaire et auto-financée. Donc, comme les scouts, toujours prête à monter au front. En fait, chaque camp a la sienne. Action, réaction.

À demain donc, pour une nouvelle semaine de fructueux échanges de critiques, de disqualifications, d'appels à démission, vains, mais sincères*

Sceptique

*Dans tous les partis, les présidentiables sont encore en tenue de candidats, et tout le matériel, demandes de parrainage, professions de  foi, à portée de main. On ne sait jamais!