C'est encore la Presse, de Montréal (Québec) qui me fournit la matière de mon billet d'aujourd'hui.
Elle date de quelques jours, l'information n'ayant pas été relayée par les médias européens. Pas très fiers, sûrement.

Les hôteliers espagnols se sont étonnés, puis alarmés, de la prolifération de plaintes pour intoxications alimentaires ayant gâché les vacances de clients....britanniques. 

Plaintes auprès de tribunaux....britanniques, pour avoir le bénéfice d'une loi anglaise de protection des voyageurs, victimes d'incidents ou d'accidents de santé, en rapport avec leur séjour à l'étranger. Particularité, aucun dossier médical à l'appui de la plainte n'était demandé!

Du côté espagnol, il apparaissait que les soi-disant incidents n'avaient pas été signalés aux responsables. La menace d'avoir à rembourser les frais de séjour des plaignants, augmentés d'une indemnité, était cependant sérieuse.

La résistance des hôteliers, leur plainte auprès de la police espagnole, a révélé que des officines démarchaient les touristes britanniques pour leur suggérer d'inventer un bobard de cette nature et de porter plainte. Le résultat serait partagé "fifty, fifty", off course!

Ma pinte, ou pinte et demi, de sang britannique, a viré au rouge vif....de honte!* Mes illusions étaient gravement touchées. La fierté espagnole est venue à leur secours. Mes anglais seraient contraints de redevenir honnêtes, ou en tout cas, plus éclectiques dans leur choix d'arnaques**, indignes d'eux.

Sceptique....un peu plus, du coup!

*"Ils ne sont pas latins, ni papistes, quand même!

**Le pillage, "cool", du Glasgow-Londres, ça, c'était "british"!