Il a des raisons de jubiler. Une journée entière de l'assemblée générale de l'ONU à parler de Lui. Il a de quoi être fier, lui, le petit roi de la Corée du Nord*, qui fait trembler le monde, de peur ou de colère. Les uns voulant le laisser tranquille, les autres, le pulvériser, préventivement. Mais la raison dicte à tous qu'il faut prendre le risque qu'il passe à l'acte. L'exécuteur de la punition sera tiré au sort. Même ses frères, grands ou petits, en ont assez de ses provocations. Mais l'esprit de famille les empêche de voter une action préventive.

On redoute une foucade du Président américain Donald Trump. Pourtant, il serait en communication permanente avec le Président chinois, protecteur officiel de la Corée du Nord en tant qu'état. On ne voit pas quel intérêt Xi Yinping aurait à laisser faire, ou à absoudre son protégé après un acte grave réel. "Il" doit savoir ce qu'il en est réellement, et il doit sermonner son protégé, lui interdire de dépasser les bornes. S'il ne le fait pas, il manque à ses devoirs de dirigeant d'une grande puissance, à l'ambition internationale. La solidarité idéologique a des limites, qu'on peut espérer "non franchies".

Notre Président s'est nettement démarqué du bouillonnant Président américain Donald Trump. On ne peut que l'approuver. De même pour sa défense d'un Iran...présumé assagi. Quant à sa marotte bien française, le pauvre climat victime des vilains hommes, il finira bien par constater que les grands serments ne sont pas suivis d'effets. "Ils y pensent, tous, et puis, ils oublient...tous!"

Quelques pays, dont le nôtre, se sont autorisés à se doter de l'arme nucléaire, qui a gardé sa valeur symbolique, la possession et la maitrise de la technologie, de la bombe et d'un vecteur fiable. L'équilibre de cette terreur est tel, que son usage devient de plus en plus impossible. 

Le petit roi nord-coréen laisse croire qu'il n'en a pas conscience, ou qu'il s'en fout, mais ses protecteurs sont probablement rassurés par ses soins. Dans le cas contraire, il ne pourraient qu'être réellement inquiets.

Sceptique

*Le nom officiel de l'état nord-coréen est plus long et plus compliqué. Il peut rester confidentiel.