Ce n'est qu'une interprétation, malveillante puisqu'elle n'émane pas d'un ami sûr, mais qui tient la route. Le héros pris en exemple aurait fait preuve d'une obstination sans faille pour parvenir au pouvoir. L'histoire l'a confirmé.

Il n'est pas impossible que l'Opposant N°1 s'imagine mettre à bas  le voleur de voix, le braqueur de la constitution. Assez prudent et malin pour n'avoir pas laissé de traces de sa rapine. La police n'y a vu que du feu! Seul le politruk Jean Luc Mélenchon dispose de la perspicacité capable de confondre l'imposteur.

Il réunit aujourd'hui toutes ses troupes, comprenant des limiers chevronnés et dévoués, qui vont réunir les preuves négatives et positives, propres à faire annuler le vote du 7 Mai 2017. Ne pouvant compter sur le Conseil Constitutionnel, il va lancer ses troupes fraiches sur les défenseurs épuisés et démoralisés du non méritant, désavoué par le peuple légitime, celui n'a pas voté pour l'amiénois.

Son seul point faible, il n'y a pas de cuirassé fluvial* sur la Seine, pouvant l'appuyer de ses canons.

Sceptique

*En insérant cette représentation dans mon conte, un nom se présentait, le "Monitor". L'encyclopédie Wikipedia m'a instantanément renseigné. Le Monitor était un cuirassé fluvial, construit à la demande des nordistes (guerre de Sécession), pour s'opposer à un cuirassé sudiste, embusqué dans l'estuaire de la rivière Cheasapyke. Une bataille incertaine eut lieu entre les deux ancêtres des cuirassés qui furent les fleurons des marines de guerre, un demi-siècle plus tard.