Rick Perry est le secrétaire d'État à l'Énergie du gouvernement de Donald Trump. Tout naturellement, il défend la politique de son maitre, lui-même défenseur du principe "américa first", une amérique faisant ce qu'elle veut, à commencer sur son propre territoire, et avec les moyens dont elle dispose, comme du charbon.

Rick Perry voit loin. Sa capacité hypothético-déductive est à rallonges. Une jeune fille africaine lui ayant dit que la fumée du bois servant de combustible à sa famille lui piquait les yeux et la gênait pour travailler, Rick Perry en a déduit qu'un combustible fossile, comme du charbon, (du pétrole, peut-être?), serait plus pratique. 

De plus, a-t-il ajouté, ce supplément de lumière, présumée sans fumée, diminuerait le risque de harcèlement sexuel et de viol! Que voilà donc un excellent argument commercial!

Autour de lui, y compris dans l'entourage de Donald Trump, "on" trouve qu'il y va un peu fort, ou encore, "pas bien du tout"! Que sa démission serait le meilleur service à rendre aux États-Unis.

C'est beaucoup l'honorer! Honorer sa lumineuse pensée. Les États-Unis de Donald Trump sont une bénédiction pour tous les farfelus américains. Il y a une place pour Rick Perry, mais pas toute la place....de "fou du roi".

Pour le moment, il y a plus grave que l'éclairage des cases africaines. Le "dialogue de fous", le "bras de fer" entre Trump et Kim-Jong-Un est infiniment plus sérieux. Le Nord-Coréen joue sa vie, celle de son peuple au grand complet ou presque. Trump, la paix mondiale, par rupture du contrat tacite entre toutes les puissances nucléaires. Ce qui est désolant, c'est le jeu, pas vraiment très franc, que jouent la Chine et la Russie.

Mais comme nous ne sommes pas dans leurs secrets, on ne peut que leur prêter une raison bien cachée.

Sceptique