Le titre de ce billet est celui du message que Laurent Wauquiez adresse chaque jour à tous ceux dont l'adresse est disponible aux LR.

Le titre, comme tous les autres envois quotidiens ou plus, rappelle la consigne qu'il ne faut pas oublier: Ne pas répondre! Ça ne se fait pas chez les Républicains. On ne répond pas au chef.  Jamais.

Que nous rappelle, jour après jour, le candidat à la Présidence des Républicains, poste disponible depuis le retrait de Nicolas Sarkozy, et la présidence de fait, éphémère, de François Fillon?

Qu'il est contre la politique, annoncée et engagée par la Président Emmanuel Macron, élu le 7 Mai de cette année, avec Marine Le Pen comme adversaire.

Tout y est passé, depuis cette date, et les suivantes, dont la passation de pouvoir, la formation du gouvernement (avec trois personnalités des Républicains).

Mais on en est au budget, partie on ne peut plus délicate, celle des recettes, c'est à dire les contributions des électeurs. C'est nécessaire, mais "ça leur fend le coeur!". En tout cas, celui de leur protecteur, Laurent Wauquiez.

Il ne dit pas qui devrait payer et combien, car ce n'est pas son affaire. Ce qui est SON affaire, c'est ce que devront payer les électeurs putatifs des Républicains. Dont beaucoup, par exemple, sont retraités. Assez aisés, pour la plupart, pour ne pas échapper à la hausse de la CSG.

Chaque année budgétaire est un déchirement semblable, mais non identique. Car les "cochons de payants" ne seront pas les mêmes, lors de la première année du quinquennat.

Ceux qui sont alors au gouvernement se sont déjà occupés à séparer le bon grain de l'ivraie, le plus possible, sans douleur. Formant l'ivraie, nombreux, en principe, sont des opposants au nouveau gouvernement. Donc, méritant toute l'attention de l'opposition. Qui compatit à leur douleur, et leur rappelle son existence et sa sollicitude.

Sceptique