La victoire de Laurent Wauquiez à l'élection du Président des LR n'a pas été une surprise. Par contre, une abstention de plus de 50% est un mauvais signe. Pourquoi la moitié des encartés d'un parti qui méritait sa réputation de militantisme et de cohésion, n'a pas fait le modeste effort de voter, sans avoir à s'habiller et à sortir, grâce à l'internet?

Et maintenant? Nous arrivons à la fin de l'année, période de renouvellement des adhésions. L'abstention pour l'élection du Président promet une réduction du nombre d'adhérents à ce grand parti, et des craquements internes, déjà annoncés par les engagements de personnalités en faveur du Président Macron.

Dont le nouveau Président des LR s'est déclaré l'ennemi et le rival déterminé, peut-être même sans faille, sans concession, sur quelque sujet que ce soit.

Pendant ce temps, le Président Macron et sa majorité gouvernent, et concrétisent nombre de projets portés par François Fillon, notre candidat bien désigné. Bien qu'il n'y fut pour rien, Emmanuel Macron, qui était juste derrière Fillon dans l'opinion, était mieux classé par les sondages qu'aucun "Plan B" étudié par le parti. De plus, François Fillon ne voulait pas se retirer, ce qui aurait été interprété comme un aveu.

Le ralliement de notables LR au  Président Macron n'a pas été surprenant, le programme de ce dernier étant nettement compatible avec celui que portaient les Républicains. Pour beaucoup de leurs électeurs, la ressemblance des programmes, tant par l'esprit que par la forme, le choix d'Emmanuel Macron au second tour a été un réflexe naturel. Les premières décisions de l'élu, la composition de son gouvernement, comptant trois ministres, dont le Premier, venant des Républicains, ont achevé de séduire un grand nombre d'électeurs de ce parti. Ils n'ont aucune raison de changer d'avis à bref délai, encore moins d'adopter une posture d'opposant, à l'invitation de Laurent Wauquiez.

Ce dernier n'ignore sûrement pas que l'esprit de parti est toujours plus faible à droite qu'à gauche, qu'inversement le souci de l'intérêt général domine à droite. Aujourd'hui, cet intérêt est entre les mains du Président Macron et de son parti, la République en Marche. Laurent Wauquiez promet de lui mettre tous les bâtons dans les roues qu'il pourra trouver. C'est une intention qui ne fait pas partie de la mentalité de la droite française. Elle n'a jamais joué à ce jeu là. Laurent Wauquiez pourra-t-il marquer des points tout seul?

Sceptique