Je préfère l'expression américaine, plus frappante que la française, parce que le "sujet" conclue la définition. Il s'agit d'un homme, généralement, qui tue un autre être humain, comme il chasserait, saisissant l'opportunité. 

Le corps de la victime est, le plus souvent, dissimulé, parfois introuvable. C'est la disparition inquiétante qui fait conclure à un meurtre possible.

Il n'y a aucun lien entre le tueur et sa victime. Le meurtre est la conclusion d'une mauvaise rencontre, celui d'une victime qui est là par hasard, et du tueur, qui saisit l'occasion, mais prend le maximum de précautions pour ne pas être confondu.

Dans l'affaire en cours, il s'agit d'un ancien militaire, dont les activités et les moyens d'existence sont flous, soupçonné de la disparition d'une fillette de neuf ans, présente à une fête de mariage proche du domicile de l'homme, avec lequel elle a conversé familièrement. Peu après, elle a disparu, et il a été établi qu'elle est montée dans sa voiture, "pour voir ses chiens". D'autres documents visuels, moins précis, et contestés par la défense, la montrent assise à côté du conducteur à l'occasion d'un trajet saisi par une caméra de surveillance, mais absente lors du retour, filmé par la même caméra.  

La disparition de la fillette a été constatée un assez long moment plus tard, et il a été interrogé. Dans les heures qui ont suivi, il s'est livré, dans une station-service, à un nettoyage très méticuleux de sa voiture, et en particulier, de son coffre. Malgré ses dénégations, l'adn de la fillette a été détecté sur son tableau de bord, à côté de la place du conducteur. Convaincu, au moins, de mensonge, il a été incarcéré. Mais il n'a reconnu aucun fait.

Butant sur son déni obstiné, les enquêteurs ont rouvert des dossiers de disparitions inquiétantes non résolues dans le même secteur géographique. Il vient d'être rapproché du meurtre d'un jeune militaire disparu, dont le corps et la tête ont été récemment retrouvés et identifiés. La rencontre des deux hommes a été établie à partir de la proximité de leurs téléphones portables, à l'heure probable de la disparition de la victime. Si son déni est toujours aussi véhément, les éléments matériels le compromettent. Et d'autres recherches, concernant des meurtres non élucidés, ont été relancées.

Nous pourrions, dans un avenir qui se rapproche, nous trouver face à un tueur récidiviste, enfin confondu sur plusieurs faits.

Sceptique