Monsieur le Président,

Dans quelques jours, vous allez prendre une position définitive sur le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes, objet de refus seulement passionnels.

Ce projet n'est pas d'une nécessité absolue.  La ville de Nantes et son hinterland disposent d'un aéroport juxtaposé à la ville. Ce qui implique des nuisances sonores dont souffrent les riverains, et les habitants situés sur le trajet du décollage, nécessairement bruyant. L'autre option, agrandir l'existant, augmentera les nuisances en intensité, et en durée.

Le projet de Notre Dame des Landes ne pourra avoir ces inconvénients, car il devrait être construit dans une zone non urbanisée sur toute sa longueur.

La contestation de cet ouvrage ne s'est appuyée que sur des perturbations de l'environnement naturel, largement imaginaires. Les tribunaux consultés ont définitivement abouti à l'absence d'arguments disqualifiant le projet, et à la légalité de son autorisation.

Des adversaires, par principe, de ce projet, se sont installés sur les terrains acquis par le département, en vue de la réalisation de l'aéroport, tel que prévu. Ces envahisseurs se maintiennent par la violence ou sa menace. Ils exercent sur la population environnante une pression brutale, comportant des rançons extorquées à des automobilistes de passage. Ils se préparent à s'opposer de même aux chantiers qui seraient ouverts, aux personnels embauchés à cette fin. Un terrorisme, donc, à l'encontre de la puissance publique.

Comme le montrent les aéroports d'Orly et de Roissy, ces accès à un vaste arrière-pays voient rapidement affluer des entreprises très diverses, dont l'activité n'a pas forcément un lien direct avec le transport aérien. Leurs motivations peuvent être subtiles, mais sont nécessairement rationnelles.

Cette attractivité concerne aussi les gares. Ainsi la gare de Haute-Picardie située sur la ligne TGV Paris-Lille, qui devait être "au milieu des betteraves", se trouve maintenant entourée d'entreprises. Quant aux parcs de stationnement, ils sont près d'être pleins, en permanence.

J'insiste sur les retombées positives de ces infrastructures, car elles justifient l'effort accompli pour les construire et les mettre en fonctionnement. Elle constituent un enrichissement, une source d'emplois.

Les résistances au nom de la "tranquillité" de l'environnement, opèrent comme une condamnation des révolutions industrielles qui ont arraché notre pays à son obsession paysanne. Certes, glorieuse, faisant la réputation des meilleures terres de l'Europe.

Mais qui, maintenant, totalement mécanisées, emploient bien peu de monde!

Voilà pourquoi, l'homme du Nord que je suis, plaide pour les bretons, ceux qui sont soucieux de l'avenir de leur pays et de ses habitants.

Il vous conjure d'autoriser la construction du nouvel aéroport de Notre Dame des Landes, au nom de ses intérêts positifs.

Sceptique*

*Cette supplique est de ma seule initiative. Elle est dans l'intérêt des populations, consultées, et favorables, en majorité. Je redoute, aussi,l'atteinte inéluctable du prestige du président de la République, choisi pour son offre de décisions, réfléchies, mais fermes.