La neige fait partie des phénomènes météorologiques des pays où il fait froid l'hiver. Malgré la tropicalisation qui nous est promise, la nature complote, cache des réserves stratégiques, et, quand elle les trouve suffisantes, elle les déverse d'un seul coup, visant particulièrement le coeur politique et administratif de notre pays. Paris et sa région dégustent! Une nature "rabat-caquet", en somme!

La dépendance à la circulation automobile aggrave et dramatise le phénomène. J'ai le souvenir très vif du précédent, que je situe prudemment il y a huit ans, lorsque j'ai du abandonner ma voiture bloquée par des congères, à un bon kilomètre de mon domicile, en Picardie. Également très concerné par ce premier épisode froid, mais surtout abondamment neigeux. L'Aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle était particulièrement handicapé. Et l'impuissance des administrations dédiées déjà caricaturale.

Une étape cruciale de la décentralisation, venait justement d'être franchie. L'administration des "ponts et chaussées" venait d'être éclatée, partagée à l'échelle départementale. Les impuissances réunies me sont apparues comme la conséquence de cette décentralisation.

Qui a enthousiasmé le monde politique de l'époque. Il y avait sûrement des inconvénients à la centralisation léguée par l'histoire de notre pays*. Mais le blocage et l'impuissance des services techniques, face à l'extension du phénomène neigeux, semblait bien avoir un rapport avec l'éclatement des services. 

L'impression est la même avec le blocage subi par la région parisienne dans la soirée du Mardi 6 Février, un jour ouvrable ordinaire. L'effort accompli par les divers intervenants, mais apparemment sans coordination, et surtout, sans informations, n'a pas pu être reconnu à sa juste valeur.

Nous avons pourtant le sens du service public, la tradition d'une administration méticuleuse, et bien conditionnée. Pour la seconde fois, elle m'a semblé dépassée.

Il y aurait donc intérêt à analyser cette crise, à la rapprocher de la précédente, à étudier l'intérêt de reconstituer une force d'intervention mobilisable, et à la direction unifiée, en cas de phénomène important, concernant plusieurs départements ou régions.

Sceptique

*L'Histoire, ses aspects particuliers, me semble dépendante de la géographie physique, qui détermine le possible et l'impossible.