Ce catéchisme aux innombrables succès imaginaires, a construit l'esprit d'un certain nombres de nos jeunes, depuis quelques décennies. Que deviennent les meilleurs élèves de ces écoles de castagne, dont les meilleures sont à Nantes et à Rennes? 

Ou ils se font oublier, ou nos responsables de l'ordre public attendent sagement qu'ils se calment. On est en droit de penser que, quand il n'y a pas de travail, ils se reposent, tout simplement. Ma correspondante de Loire-Atlantique me prévient qu'un champ de bataille va s'ouvrir, "incessament sous peu", à Nantes, par solidarité avec les "jacques" de la Lande, conquise, puis "libérée", pour un temps promis à être court.

Ce n'est pas demain que nos CRS vont se reposer. 

À quelques heures de train (oui, oui!) de là, d'autres adeptes de la vraie foi, dont ce billet rappelle l'existence, veillent à faire taire les Universités officielles. Dont l'enseignement, ennuyeux, est bon à jeter.

Il y a, grâce au téléphone, une mobilisation massive contre ces symboles d'un triste savoir. Celui qu'il est dur d'apprendre, dans des livres illisibles. La solution exigée par les occupants des lieux est l'attribution automatique des notes suffisantes. Une partie des combattants a mis la barre plus bas encore: l'inscription diplômante.

Il semblerait que cette revendication soit inspirée par le cinquantième anniversaire de Mai 68 qui avait abouti à la distribution générale de bonnes notes et des grades correspondants. L'argument est que les bénéficiaires, pour la plupart, maintenant, retraités, ne se sont pas signalés par de gros trous dans leur connaissances. Heureusement pour ces générations, les étudiants en médecine n'ont pas fait Mai 68!

Toujours est-il que ces tracas s'ajoutent à ceux que les cheminots imposent aux heureux gouvernés par Emmanuel Macron, élu, on ne sait comment et par qui, Président de la République. Française.

Hommes de beaucoup de foi, suis-je tenté de dire. Leurs actes en témoignent. Mai 1968 fut un miracle, comparable à la multiplication des pains...de 30%. Les devises étrangères, aussi.

Notre utilisation de l'euro est sous surveillance. La botte allemande, reconvertie, est prête à s'abattre sur nos doigts si nous en abusons.

Après "le Président aux champs", les commentateurs ont fait la moue. C'est tout????

Il n'est pas nécessaire d'être prophète pour prévoir un certain silence sur les actes présidentiels à venir. Ils seront délégués aux ministres, que tout le monde s'accorde à trouver "durs"*.

Sceptique

*Aucun Président n'a jamais parlé comme lui, d'une manière aussi travaillée, maitrisée. Les commentateurs (dont je suis) glosent sur la forme autant que sur le fond. Ce que je pense, c'est que le scénario imaginé pour sa dernière intervention (pédagogique), peut ne pas être réutilisé.