César ayant pris le pouvoir, et le tenant bien, les gaulois irréductibles attaquent ses légions là où elles sont en garnison. À Nantes, à Rennes, pour, justement, contenir les pires, se désignant comme bretons.

LÀ où ça chauffe, Astérix et Obelix se concentrent, et s'engagent. Ils étaient signalés en nombre près de la ZAD*de Notre Dame des Landes, dont le terrain crotté devait recevoir un aéroport. Ce projet ayant été retiré, César a estimé que les irréductibles n'avaient plus rien à y faire, sauf empêcher les habitants ordinaires de sortir du territoire, pour toute raison de leur choix. C'était une désertion de leur fonction de boucliers humains, et un rappel aux devoirs s'imposait. Qui pouvait le faire? La vaillante troupe des irréductibles! Elle se remit donc en route vers la ZAD. Le combat en vue de leur départ reprit, se prolongea. Il n'est pas complètement terminé. César ne serait-il plus ce qu'il était?

Le choc principal était attendu à Nantes où des détachements de voltigeurs gaulois veillent sur le désordre. Les images des prémices promettaient du sang et des dégâts, et c'est tout surpris que ce matin, j'ai lu dans la presse...de Québec(!) qu'une attaque de Montpellier, à l'opposé diagonal de Nantes, avait été glorieuse. La ville, son université, surtout, étaient sous le contrôle des irréductibles zadistes.

Le futur en est complètement bouleversé. Que va faire César? Il lutte sur plusieurs fronts depuis plus de deux semaines. Les agitations l'obligent à fragmenter ses forces, dont le courage et la fidélité voilent la fatigue.

Sceptique

*Les ZAD, zones à défendre, ne sont pas solidement fortifiées, mais peu aptes au déploiement de la cavalerie.

Note rectificative du 15 Avril 2017: Une information directe en provenance de Nantes confirme les violences et leurs dégâts, commis par les casseurs nantais, renforcés par des zadistes.