Un "fait divers", rapporté par le Courrier Picard de ce jour, me parait illustrer le déficit scientifique qui caractérise notre culture, l'ordinaire, celle qui peut servir tous les jours.

Il s'agissait de la mésaventure imposée à un enfant, refoulé par le personnel d'un Parc d'Attractions, parce qu'il portait un masque médical. En traitement pour une leucémie,  qui s'accompagne d'un déficit des défenses immunitaires, l'enfant portait un masque, pour être protégé des agents microbiens pouvant être présents dans l'air inspiré.

Tous les agents du parc affectés à l'entrée ont considéré que ce masque protégeait le public d'une contagion pouvant provenir de l'enfant masqué.C'est la fonction du masque du chirurgien, protéger le site opératoire des germes pouvant se trouver dans l'air que le praticien expire. C'est une exception, face à la fonction habituelle de ces masques.

La déception, l'humiliation, ont été douloureuses pour l'enfant et sa famille. La Direction du parc a demandé à être excusée de cette attitude, et a offert sa réparation adéquate.

Mais l'attitude spontanée et initiale des personnels responsables de l'entrée témoigne d'une ignorance de ces faits, non exceptionnels. Aucun savoir ne s'invente, il est toujours transmis par l'instruction.

À méditer, en ces temps d'obscurantisme, parfois militant.

Sceptique