Ils étaient, si ma mémoire est toujours bonne, onze à briguer le vote des français, en Avril-Mai 2017. Tous pensaient avoir la capacité de gouverner la France. C'est une capacité à part entière!.

Un s'est dégagé du lot, s'y est maintenu, a été élu Président de la République. Les autres sont allés prendre leur place dans l'opposition, petite ou moyenne. 
Il avait pris la précaution d'organiser un parti politique fidèle. Qui s'est assuré de constituer une majorité à l'Asssemblée Nationale.

L'opposition a des identités diverses, mais un slogan unique: Feu sur le Président!

Le dernier calibre est nourri et efficace: Il aurait trouvé ses diplômes dans un Paquet de Bonux. Le produit n'existe plus, mais l'image est restée dans les mémoires: les boites de cette lessive contenaient une babiole qui plaisait aux enfants.

Ce n'est pas la politique pouvant plaire aux français qui est difficile, mais LE politique chargé de la faire, qui n'y arrive pas, qui la fait de travers. Les frustrés de 2017 reprennent espoir.

À quelques exceptions près, les Présidents élus se font tous démolir, et ceux qui les servent, sont encore moins à la hauteur.

EMMANUEL MACRON, en fonction, se fait tous les jours étriller, ON brandit le taux de sa popularité, qui a rejoint celui de François Hollande? Qui, LUI, se voit succéder à son successeur!

Le point faible du Président Macron, c'est l'écologie. Ellle ne peut qu'être un point faible pour tout Président, puisqu'elle repose  sur les extrapolations des anomalies récentes du climat. Il avait bombardé Ministre d'État Nicolas Hulot, présumé génial, et tout, et tout. Génial? À quel titre? C'est un "bizness" autoproclamé. Aucun diplôme n'est exigé, moins on en sait, plus on est apte.Seul le baratin compte. Il est, au contraire, essentiel d'ignorer....les futures victimes des actions écologiques. Les agriculteurs, les éleveurs, les transporteurs, tous les citoyens, en fait. Pour bien faire il faudrait faire marche arrière en deçà de la première révolution industrielle (XVIIIème S)

Il y eut un temps où cette fonction de Président n'étant qu'honorifique, un électeur* pouvait se vanter de voter pour....le plus bête. Les responsabilités d'un Président français d'aujourd'hui exigent un choix sérieux....difficile à définir, et confié à tous les électeurs!

Il vient d'en prendre une d'importance, l'Impôt à la source. Sa main aurait tremblé. Son brave Ministre l'aurait rassuré.

Comme ses prédécesseurs, il n'en a pas fini de prendre des coups, à tous les niveaux de son corps.

 

Sceptique

*Dans les débuts de la République, à partir de 1872, le Président de la République était élu par les députés.

 Note additionnelle du 7Septembre 2018: Le Président Macron se montrant plus hésitant, ou plus prudent, ces dernières semaines, le diagnostic (psy) est unanime:"c'est son problème". Sous entendu: il faut qu'il voie un psy! Une ou plusieurs voix ajoutent:"Il faut qu'il fasse du Chirac! Autrement dit RIEN* si on s'en tient au jugement provisoire de l'histoire.

Jacques Chirac a légué à notre nation le principe de précaution!