Les pannes électriques sont monnaie courante pour un réseau presque totalement électrifié, en particulier autour de Paris. 

Mais le dernier accident fait le bonheur, que dis-je, la jubilation de la SNCF, car l'incendie (par court-circuit), d'un transformateur, concerne le fournisseur de courant, RTE, derrière lequel EDF n'est pas loin.

C'est pas nous, c'est l'autre! Youpi est un peu étouffé, mais cependant audible. La facture brandie à la figure du nul RTE rappelle au bon public, qui n'y connait que pouic, que cette fois-ci, la SNCF n'est pas responsable de la cause. Comme les pov'voyageurs, elle est victime.

Au gouvernement, où les ingénieurs de supelec ou de polytechnique grouillent, on se demande pourquoi la panne n'est pas encore réparée, et encore moins, expliquée. Mr Hulot s'éverve.

Je ne sais pas si vous avez vu les images de télévision montrant les électriciens s'agiter autour du lieu de la panne, mais les cables de remplacement ont le calibre d'un bras de costaud, ou d'une cuisse. Pas légère!* Ça ne se connecte pas par des épissures!

Pendant quelques jours encore, nous allons méditer sur notre dépendance à l'électricité, qu'on sache ce qu'elle est, ou non, et nous pousserons un grand "OUF", quand le secteur concerné se remettra à fonctionner.

Et à l'avenir? Il dépendra, comme le passé et le présent, de la compétence et de la conscience professionnelle des humains chargés du travail de restauration et de maintenance. 

Quoi d'autre???

Sceptique

*La résistance (au passage de l'électricité) d'un conducteur, est proportionnelle à sa longueur, et inversement à son calibre (pour un métal conducteur considéré).