Il ne serait pas surprenant que le Président se sente désavoué, affaibli, par la démission de Gérard Collomb, son mentor précieux au moment du dévoilement de son projet présidentiel. Ou il ne veut pas le laisser partir sans résistance, leur affection réciproque étant à l'origine de la macronie.

"Elle est affaiblie, en fait, car l'affection comporte une possessivité, et celle de Gérard Collomb a cet aspect, devenu encombrant pour le pupille devenu le maitre. Leur lien s'est fait ambivalent.

Rester dans la fiction serait nuisible au Président, Gérard Collomb est devenu un problème, mais il faut sauver les apparences, le retenir par le pan de la veste.

Ce rite étant accompli, la dette étant effacée, le Président peut chercher dans son vivier . Il n'est question, pour ce poste, que d'un homme. Un certain nombre de capables a été énuméré. En attendant, le Premier Ministre assume l'intérim. Il n'a manifesté aucune préférence pour un des hommes cités.

L'arrestation de Faïd Redoine est venue confirmer, s'il en était besoin, que le Ministère n'était pas en pause. La patience des policiers a été récompensée.

Le psychodrame, sur lequel les médias se sont jetés, sera vite conclu et oublié. L'effet tampon d'Édouard Philippe, adoucira la transition. Les noms proposés sont tous valables. Il n'y aura sûrement aucun bruit de vaisselle cassée.

Sceptique