Ce mouvement a réalisé une nouvelle et efficace mobilisation, ciblée sur la circulation auto-routière transfrontalière, vers l'Italie (tunnel du Mont-Blanc) et l'Espagne. Où un Nième trop pressé a trouvé la mort. Grâce à un acte des gilets jaunes, il faut ajouter.

Il y aura, aussi, une "descente" de manifestants sur le coeur de Paris, accessoirement pour se compter, et si possible laisser des débris de verre et des carcasses fumantes, pour montrer sa force.

Un  jour de plus, le pouvoir légitime assurera l'encadrement minimum de la chienlit, mais rien de plus. Pas d'acte politique au profit de l'ordre et de la paix civile.

Le Président Emmanuel Macron s'est montré "bien gentil", mais maintenant, ça suffit! Les insurgés ont obtenu presque tout ce qu'ils voulaient, le pouvoir clés en mains excepté.

Il est du devoir de l'État, des élus qui ont été mis à sa tête, de défendre l'ordre public, et les institutions de la République. Le mouvement insurrectionnel qui empoisonne la vie des autres, met en danger leur vie, menace celle de l'économie, recueille 8% des sondages. C'est très loin de la majorité. Les 92% qui la constituent, même passivement, doivent être protégés, et soulagés de cette pression dictatoriale auto-proclamée. On sait que les défenseurs de l'État savent et peuvent le faire. Il suffit d'en donner l'ordre.

Sceptique