Le Pape François a copieusement engueulé les chrétiens, leur reprochant leur frilosité en matière de charité, de partage. 

Mais l'idéalisme chrétien a-t-il été réalisé un jour, depuis ses deux millénaires d'existence, dont nous émergeons comme société prospère et moderne, depuis un temps.....discuté. Un petit siècle pour les optimistes, encore à venir pour les exigeants grincheux, à mettre à la poubelle pour les esprits chagrins.

Déjà, une des valeurs défendue par le fondateur, Jésus, dit Le Christ, la charité, c'est à dire l'amour du prochain, c'est à dire, compatriote,  sans discrimination, est, au contraire, conditionnée lourdement. Être du même avis, de la même religion, de la même classe sociale, du même parti politique, autrefois du même sexe, devenu "genre", depuis peu. Et gare à ne pas trop sortir de l'épure, de jouer au papa et à la maman, ou au docteur.

Très logiquement, on ne peut que donner raison au Pape. Donner aux Restos du Coeur, à la Croix Rouge, à l'Armée du Salut, à Emmaus, dans les limites de l'hexagone, ne mérite pas une indulgence. L'Afrique, l'Amérique du Sud, l'Asie du Sud-Est, crient famine. Le Pape, sud-américain, nous les rappelle. Ces peuples sont placés sous notre responsabilité, mis à notre charge.

Mais, nous, français, avons des excuses. Nous sommes maintenant en instance de guerre civile. Chaque français est interpellé, et prié de cogner celui, ou celle, qui lui sera désigné par son commandant de quartier. J'allais oublier de préciser que le signe distinctif est un gilet jaune. Il faut, il faudra, cogner ceux qui ne le portent pas, ou ceux qui le portent, selon les ordres reçus.

Aujourd'hui, jour de Noël, un grand jeu offert au peuple français, avait été trop oublié. Celui de cache-cache. Sa variante, Le cache-Président. Il faut trouver où il passe ses vacances, l'en arracher, et le ramener bien ficelé sur le perron de l'Élysée, sans se faire prendre. Car, d'autres joueurs sont chargés d'intercepter le poursuivant chanceux, de le mettre  sur la case Prison, et de libérer le Président.

Ce n'est pas possible d'infantiliser à ce point le peuple français! ont crié quelques sages. Les médias ont été sommés de ne plus en parler, de cesser leur propre recherche.

Je ne suis pas sûr qu'ils soient obéis. L'audience des chaines d'information est assurée pour la journée.

Sceptique