Je me faisais la remarque, il y a quelques jours, que malgré les gilets jaunes et leurs amis les casseurs, les jours ouvrables de la semaine, du Lundi au Vendredi, la France réelle, tournait, fonctionnait.

Mon boulanger fait du pain et me livre une baguette. Le préposé de la Poste me livre mon courrier, prend celui que j'ai préparé pour le lui confier.

Les magasins de la ville voisine sont ouverts, et disposent, maintenant, d'un peu plus que l'essentiel. J'ai acheté, chez mon libraire, mon Houellebecq.

Mais en fin d'après-midi, lorsque la nuit est tombée, le bordel du Samedi m'a sauté à la figure. J'avais mis en route mon téléviseur, sur une chaine d'information.

Quelques rues de Paris avaient été saccagées, un policier avait été envoyé à l'hôpital, des agences bancaires fracassées, une porte symbolique, celle d'un ministère, avait été incendiée.

Chronique ordinaire d'un samedi! Depuis cinq ou six semaines.

Chiffres de l'Intérieur: 50.000 manifestants. On peut se fier aux chiffres, les moyens de la police sont très fiables

50.000 adultes, c'est un citoyen adulte pour mille. Ça suffit pour faire beaucoup de casse, beaucoup d'effet, faire croire que notre pays est à vau l'eau. Il devrait, mais ce n'est oas vrai!

Mais quand même? Peut-on continuer cette farce chaque samedi de l'année qui commence? La seule gloire, c'est qu'il est "made in france", conçu et réalisé en France, fictivement breveté en France. Mais si nous sommes imités, nous ne pourrons percevoir de droits.

Il est clair que notre pouvoir légitime se fait le plus petit possible, n'agit qu'en se confondant en excuses. Il a, heureusement, des serviteurs fidèles, dévoués, prêts à mourrir pour LUI. Il n'y a pas eu, encore, de morts, lors de shows du Samedi, mais si ça continue, la statistique sera au rendez-vous.

Pour le moment, le gouvernement roule, "verbalement", des mécaniques, et s'en excuse platement. Le peuple silencieux attend de lui qu'il se fâche, tout en pariant pour le contraire, plus probable. Il flatte les casseurs. Les "dents longues" sont gonflées d'espoir, la place pourrait se libérer.

Je dirais bien au Président, que les calculettes, chauffées au rouge, soi disant déposent, CHICHE!

Démissionnez, assumez l'intérim, et refaites l'élection présidentielle, avec les mêmes(ils en rêvent), y compris vous. Des sondages ont montré que vous seriez encore gagnant....par peur du pire. Si ça se confirme, ça clouera le bec des illégétimistes. De nouvelles législatives reconduiront votre majorité, l'opposition sera ridiculisée. Elle ne l'aura pas volé!

Pourquoi repartir de zéro?  Prenez le temps de réfléchir, de chercher où vous avez failli, où vous vous êtes trompé, sur les gens auxquels vous aviez affaire. Vos fidèles ne sont pas en cause, au contraire.

Il faut, parfois, manquer aux autres, se faire désirer , mettre son ambition en sourdine.

J'ose mettre en ligne ce billet. C'est mon opinion, que  j'assume. Car je suis fatigué du bordel.

Sceptique