J'ai honte de ce que des français, manifestants de ce samedi 16 Février 2019, ont fait subir à Alain Finkielkraut, poursuivi et insulté à la sortie de son bureau, jusqu'à ce que la police intervienne.

Une redite de ce qui s'est passé en Alllemagne hitlérienne, de ce qui a du se passer en France en 1940, de ce que j'ai entendu à Casablanca cette année là, contre des réfugiés juifs en attente d'un bateau pour les États-Unis.

Le seul "bénéfice" de ce scandale, c'est le dévoilement du fond de la pensée de ces "p'tits saints" accoutrés de gilets jaunes, qui mènent une guerre d'usure contre une République légitimée par des millions de votes, reconnue par le monde entier comme un espace de liberté. Dont les poursuivants hurlants d'Alain Finkielkraut ont abusé.

J'ose espérer que ce scandale ouvrira les yeux et les oreilles de tous les français qui s'apitoient sur la "misère", invoquée depuis quatre mois, par l'infanterie de ce mouvement. 

J'ose espérer, aussi, que le pouvoir légitime, sorti des urnes, se dégagera de ses complexes, et usera de son devoir de garantir l'ordre, la paix civile, la sécurité de tous les citoyens, sans exception, sans faiblesse. La forfanterie d'un gilet jaune rêvant d'un coup d'État, de sa propre participation, l'a déjà alerté de l'état d'esprit des plus durs. 

Les petits ruisseaux font les grandes rivières. Les samedis à venir devront montrer une vraie décrue du phénomène. Si elle n'est pas assez sensible, le gouvernement, comptable du présent et du futur immédiat du pays, de son ordre, de son économie, devra siffler la fin du match. Tant pis s'il est nul.

On sait maintenant que le succès insolent du mouvement insurrectionnel repose sur l'innovation que sont les réseaux sociaux, qui se substituent aux précédents, assurés par les "corps intermédiaires", que sont les partis politiques, les syndicats. Ces derniers ne sont pas, en France, assez développés, assez investis par leurs bénéficiaires. Je défends l'idée, depuis des années, qu'ils deviennent obligatoires et responsables. Que leur fonction, recours et défense, sorte de l'aléatoire, du facultatif. Dans beaucoup de pays, ils sont intégrés à la vie sociale et économique, sans aucun dommage, ni compromission.

Sceptique