Pendant que le Président Macron prend son pied au Salon de l'Agriculture, les gilets jaunes obstinés continuent à user les leurs sur les chaussées des grandes villes, Paris, incontournable, Clermont-Ferrand, "capitale" temporaire du mouvement, et, sans doute, les victimes hebdomadaires du Sud)Ouest, Toulouse, Bordeaux...Le Nord n'inspire personne.....il va faire des jaloux!

Restera-t-il de la salive aux pauvres commentateurs de nos télévisions?  On sent qu'ils tiennent à être là, au front, là où ça castagne....parfois. Aujourd'hui me semble très calme, à Paris.

Mais il ne fait pas encore nuit!

Si la lassitude est évidente, l'immobilisme, contraint, de la politique, ne permet pas d'espérer, même une pause. Il semblerait, aussi, que les troupes qui montent à l'assaut de l'ordre public, ne montrent aucun signe de fatigue. La semaine de permission qui sépare les manifs restaure les forces des combattants.

Dès demain, Emmanuel Macron sera aux commandes, assurant l'intérim du premier Ministre, auprès de nos troupes de l'opération Barkhane, au Mali.

J'entends, en bruit de fond, les dialogues des journalistes qui commentent les événements, sans croire à une quelconque solution.

Il semblerait que la police à sifflé la fin de la fête, car un surcroit d'agitation et de bruit est perceptible. Mais que mes lecteurs se rassurent, les journalistes qui commentent ne sont pas encore aphones.

Sceptique

P.S. Le Président, toujours au salon de l'agriculture (bêlements de moutons en bruit de fond), est en vive discussion sur le thème du chômage avec la foule qui l'entoure.