Le gouvernement a laissé échapper une vérité pas bonne à dire....nos fonctionnaires ne font pas, dans leur ensemble, les 35 heures de travail pour lesquelles ils sont payés.

Nous le savons bien, dans les collectivités territoriales, où la rigueur pèse moins lourd que la commisération en faveur des personnels harassés.

Le syndicaliste-en-chef de la fonction publique s'est empressé d'expliquer que si les fonctionnaires faisaient moins que les trente-cinq heures prévues, ils ne quittaient leur poste que leur tâche accomplie. Aucun reproche n'était justifié. 

Qui en douterait encore?!

Il n'y a que pour la fonction hospitalière que ce temps de travail est régulièrement dépassé, et payé à la Saint Michel, ou la saint Glinglin, au choix. Le problème de cette administration et qu'elle est comparable à un aspirateur puissant, en activité 24 heures sur 24. "On" gère comme on peut, sans espoir de lever le pied.

Les autres tâches de la fonction publique, nationale ou territoriale, n'ont pas ce caractère vital, collé à la fonction hospitalière, et sans solutions. On ne peut pas augmenter les effectifs, car il n'en existe pas de formés et disponibles. Il n'y a pas de chômage dans les services de soin des hôpitaux. L'emploi est toujours "à flux tendu"

Sceptique